Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ?

Avertissement : ce billet constitue une version remaniée et augmentée de mon intervention à la journée d’étude organisée le mardi 8 janvier 2019 à l’École nationale des chartes (Paris) à l’occasion des 10 ans de la plateforme Hypothèses.

« Ce qui est pénible quand on est connu, c’est le nombre
de gens qui ne vous connaissent pas » (André Gide)

Cette citation attribuée à André Gide peut, dans une certaine mesure, s’appliquer à Hypothèses. En 2019, il est parfois un peu pénible de constater qu’Hypothèses est la plus importante plateforme de blogging scientifique en termes de visites et d’observer, dans le même temps, que l’activité de carnetier/-ière est ignorée ou dénigrée par certain(e)s chercheurs/-euses. Il faut quand même reconnaître qu’en dix ans Hypothèses a très activement participé à faire bouger les lignes de démarcation entre pratiques canoniques de la recherche et comportements perçus comme étant à la marge. Hypothèses a pu produire – et continuera sans nul doute à le faire – une hybridation des pratiques dès lors qu’il est question d’écriture scientifique.

Dans les quelques lignes qui suivent, on retrouvera quelques réflexions liées à mon propre parcours de carnetier. Il me faut néanmoins être de bon compte et préciser immédiatement que cette aventure est surtout celle d’un duo. Mon expérience et le propos réflexif qui peut être le mien doit intégrer à la réflexion le fait qu’il s’agissait d’une idée que nous avons eux à deux, Quentin Verreycken et moi-même.

Continuer la lecture de « Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ? »

Le sensible et le blogging. Un (petit) inventaire à la Prévert

Mélodie Faury (@infusoir) a tweeté durant la journée des 10 ans d’Hypothèses l’idée d’un inventaire à la Prévert de tout ce qu’elle/on aime sur Hypothèses. Un dictionnaire amoureux du blogging scientifique, si vous préférez.

À la suite de la journée des 10 ans – un billet reprenant mon intervention est consultable ici -, j’ai été frappé par le rapport au sensible tel qu’exprimé dans les différentes communications et/ou interventions sur Twitter. Alors voici donc un mini-billet en passant, propice à la flânerie et à la germination des associations d’idées entre blogging scientifique et rapport au sensible. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il apparaît de façon évidente que les intervenant(e)s ayant pris la parole à la journée des 10 ans d’Hypothèses ont mobilisé un registre langagier où le sensible est omniprésent.

Torill Mortensen cité par Marin Dacos : « Thinking with my fingers »

M. Dacos : « le carnet est un espace de conversation » et même une « conversation silencieuse » (fidélité de lecteurs qui ne s’expriment toutefois pas dans les commentaires)

Le carnet comme « bric-à-brac du chercheur » selon Marin Dacos et Pierre Mounier

Mélodie Faury : le carnet comme « lieu d’artisanat et de création »

Caroline Muller : « Hypothèses a été ma première maison de recherche quand j’avais tout à bâtir ». Titre de sa communication : « Ouvrir les portes et les fenêtres. Six ans d’Acquis de conscience »

Caroline Muller : « le carnet comme lieu où l’on observe le bruissement des préoccupations de la communauté scientifique »

Karim Hammou : « les brouillons [des billets] sont la salle d’attente des envies »

Marie-Anne Paveau : « Le carnet scientifique permet de se laisser rencontrer (par) les bruits du monde »

Anne Piponnier: « Faire de la recherche c’est “se déplacer”, il y a une “poétique du déplacement” dans la recherche, qui fait qu’on produit des nouvelles hypothèses de travail »

Ingrid Mayeur : « Une recherche en mouvement. Les gestes d’élaboration du savoir dans les carnets de recherche Hypothèses » (titre de sa communication)

Nicolas Simon (sur Twitter) : « La pulsion du carnet ! »

Laurent Beauguitte : il essaie de « montrer la cuisine de la recherche », mais son carnet donne parfois l’impression d’être « une poubelle à ciel ouvert »

Muriel Lefebvre : « Cette journée a finalement été consacrée au plaisir de l’écriture »

Crédit photographique : Photo by Bogomil Mihaylov on Unsplash

Cite this article as: Nicolas Simon, "Le sensible et le blogging. Un (petit) inventaire à la Prévert," in LegalHist, 11/01/2019, https://legalhist.hypotheses.org/744.

Sleeping beauties : les imprimés anciens de la bibliothèque la Cour de cassation de Belgique

Le fait du hasard

Plusieurs bibliothèques de cours et tribunaux en Belgique possèdent des manuscrits juridiques datant des 16e, 17e et 18e siècles, dont la plupart proviennent de dons faits par des magistrats au siècle dernier. Leur existence est généralement méconnue ; dans la plupart des cas, ils n’ont pas fait l’objet d’une description et souvent n’ont même pas été répertoriés. Chose plus grave encore, leur conservation est en péril.

Godding, 1997, p. 187.

Lorsque Philippe Godding (1926-2013, juriste et historien du droit) écrivait ces lignes en 1997, il entendait proposer une introduction au catalogue des manuscrits conservés au sein de la bibliothèque de la plus haute instance judiciaire de Belgique, la Cour de cassation. Si le catalogue des manuscrits établi par Philippe Godding permet aux chercheurs/-euses en histoire du droit de savoir quels types de documents peuvent les intéresser, il n’en va pas de même pour la collection des ouvrages imprimés couvrant cette même période de trois siècles connue sous le nom de période moderne (16e-18e siècles). Si mon attention a été attirée par cette collection largement méconnue par les chercheurs – les collègues avec lesquels j’ai pu discuter de cette bibliothèque semblaient être informé(e)s de manière très parcellaire voire ignoraient son existence– c’est principalement le fruit du hasard. Continuer la lecture de « Sleeping beauties : les imprimés anciens de la bibliothèque la Cour de cassation de Belgique »

Quelles sont les qualités d’une bonne loi ? Penser l’écriture de la loi dans l’Europe moderne (16e-18e s.)

Boulimie législative

Ne sommes-nous pas victime d’un trop plein de lois ? Ne doit-on pas admettre que nous ignorons largement les lois promulguées dans l’État où nous vivons ?  À cet égard, le cas français est symptomatique d’une critique loin d’être nouvelle dans le champ de la littérature juridique. Comme le résume Guy Carcassonne, le moindre sujet d’un 20 heures peut aujourd’hui faire l’objet d’une loi. Et le juriste François Ost de s’interroger : comment aimer ces lois au champ d’application guère déterminé, à la syntaxe approximative, au vocabulaire déficient, à l’effectivité relative et à la légitimité douteuse ? On légifèrerait trop et, par extension, mal. Le trop-plein de lois suggère des lois peu préparées, mal rédigées et donc mal appliquées car elles seraient source d’interprétations multiples et d’incompréhension partagée.

Continuer la lecture de « Quelles sont les qualités d’une bonne loi ? Penser l’écriture de la loi dans l’Europe moderne (16e-18e s.) »