Academic Diary – Bienveillance

27 mars 2020

Bienveillance. Nom commun, féminin : motivation à respecter autrui et agir pour son bien

Dans le premier billet, j’ai écrit que le printemps, une fois venu, la faune académique, en transhumance se mue. C’est à moitié correct. En réalité, une bonne partie des chercheur·euse·s tâchent de répondre aux attendus et deadlines de campagnes de sélection – celle des MCF en France notamment – ou attendent nerveusement les résultats de candidatures pour lesquelles ils/elles ont envoyé leur C.V. plusieurs mois auparavant. Touchant principalement les jeunes chercheur·euse·s en quête de poste fixe ou, à défaut, d’un filet de survie de six mois, un an ou plus (pour les plus chanceux), ce phénomène ne va pas sans poser de nombreux problèmes. D’un point de vue matériel, cette période peut être la source d’une mobilité professionnelle obligeant à enchaîner des entretiens d’embauche en des lieux parfois très éloignés les uns des autres. Au niveau intellectuel, l’obligation de soumettre plusieurs dossiers de candidatures – surtout pour les postdocs – implique souvent l’impossibilité de se focaliser sur ses recherches stricto sensu. Enfin, cette période et tout ce qu’elle implique ne va pas sans avoir certains impacts personnels puisque la (non-)obtention d’un poste, temporaire ou permanent, va parfois de pair avec la nécessité d’opérer des choix extrêmement ardus, quelquefois déchirants. En outre, la quantité toujours plus importante de docteurs-sans-poste est de nature à exacerber une compétition entre des candidat·e·s qui se connaissent voire entretiennent des liens d’amitié. Dans certains cas, on serait même tenté de parler de coopétition – coopération et compétition – tant les candidat·e·s sont amenés à coopérer (échanges de bon procédés, infos de dernière minute, etc.) avec des individus qui candidatent pour les mêmes postes. Et en même temps n’a-t-on jamais été soi-même pris·e dans les filets contradictoires du « je la joue personnel » alors qu’on aurait pu miser sur le collectif et partager une information, un article, une recommandation ou une idée ?

Ce dernier cas n’est qu’un exemple parmi d’autres des relations interpersonnelles particulières qui règnent au sein du monde académique. De plus en plus, on semble assister à une libération de la parole de sorte que j’entends toujours plus de plaintes, de revendications ou d’accusations au sujet de comportements déplacés, qu’ils soient le fait d’académiques (professeurs) ou non ((post-)doctorants). L’une des situations les plus horribles auxquelles j’ai assisté étant une doctorante visée par son directeur de thèse au cours d’un colloque lorsque ladite doctorante – présidente de séance – rappelait gentiment à son DR qu’il avait presque épuisé son temps de parole. Et le DR de lui répliquer, avec un sourire carnassier : « Attention ! Vous n’avez pas encore soutenu… ». Glaçant.

Tout ça pour dire que la bienveillance au sein du monde académique gagnerait à être érigée en valeur cardinale.

Comme le soulignent Michael Hardt et Antonio Negri dans leur dernier livre, Assembly (2017), le travail est, au 21e siècle, résolument socialisé et pris dans les entrelacs de logiques coopératives. La production de biens, de services ou d’idées s’opère socialement et collectivement. Cependant, on constate que trop souvent les choix de telle ou telle université sont dictés par une logique propre à celle-ci. À des niveaux plus bas, combien de « coups bas » afin d’éliminer un « concurrent » ?  De façon contradictoire, on ne cesse pourtant de mettre en lumière l’importance d’un travail en commun, entre tous les membres d’une communauté universitaire, afin de prouver que l’institution n’est pas uniquement mue par des impératifs d’économies d’échelles pouvant mettre en péril les missions fondamentales de l’Université (enseignement, recherche, services à la communauté).

Il n’est pas anodin de rappeler que parler d’employés d’une université est une expression qui n’a guère beaucoup de sens. Que ce soient les informaticiens, le service du personnel, l’administration de la recherche, le corps professoral et scientifique ou les étudiants, cet ensemble d’individus est l’Université. En ce sens, le Recteur est aussi bien le collègue du doyen de la faculté de Lettres que d’un membre du service des bâtiments. Prendre la mesure de cette réalité peut nous aider à (re)placer la bienveillance au cœur de nos gestes quotidiens.

Depuis le début du confinement, on a aussi commencé à voir des gestes visant à partager des bibliothèques (voir #bibliothèquesolidaire sur Twitter), des accès aux plateformes de revues ou des « trucs et ficelles » permettant d’assurer la continuité pédagogique. Peut-être que le sentiment de vivre une expérience partagée engendre-t-elle une sorte d’impetus à la bienveillance avec des collègues, que ce soient ceux que l’on a déjà vus IRL ou non. Qui sait.

Certain.e.s trouveront peut-être qu’il est niais de croire que la bienveillance peut améliorer le monde académique. Et pourtant, la bienveillance considérée comme l’un des fondements matriciels de nos relations professionnels autoriserait l’avènement d’un environnement de travail où le pôle « compétition » n’aura peut-être pas disparu mais où l’on aura au moins appris à revitaliser des coopérations indispensables.

Prenez soin de vous & wash your hands !

Confinement vôtre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.