Academic diary – Quick & Dirty

30 mars 2020

Le temps de la recherche est long. On ne met pas au point un vaccin en trois semaines, on ne rassemble pas un corpus d’archives en quelques jours et on n’interviewe pas une dizaine de témoins en une demi-journée. À cet égard l’ethos humboldtien de l’universitaire dédié·e entièrement à ses recherches et ses enseignements, isolé·e dans sa fameuse tour d’ivoire, s’assimile bien à la vision d’un temps long de la recherche ; une recherche désintéressée et déliée de tout enjeu politique et contrainte matérielle. Certain·e·s se désolent peut-être que cet ethos, assimilable à un véritable sacerdoce, n’est plus la norme. Il n’en reste pas moins vrai que le rythme de travail des chercheur·euse·s ne peut coïncider avec celui procurant un « return à haut rendement » sur du très court terme. La course à la production effrénée d’outputs de recherche (plus connus sous le nom de publications) conjuguée aux charges pédagogiques et administratives qui pèsent sur les épaules toujours plus frêles des membres du corps académique et/ou scientifique ainsi que du personnel administratif incitent toutefois à des adaptations pas toujours si marginales. L’arrivée du New Public Management dans les universités les a forcé d’opérer des accommodements pas toujours heureux entres nouvelles injonctions à la productivité et d’anciennes pratiques (lieux de création et d’enseignement de savoirs avec le plus haut niveau d’exigence intellectuelle). L’état des lieux dressé par l’Académie royale flamande de Belgique dans son rapport « Being a Professor in 2016. Reflections on a Profession in a Changing World » mettait déjà ces éléments en lumière.

Ainsi, la rapidité n’est pas ce qui caractérise a priori le travail de production scientifique. Entre le moment où l’idée d’article germe dans la tête d’un·e chercheur·euse et le moment où il/elle publie ledit article, il peut se passer des mois voire des années. S’il y a des raisons matérielles structurelles qui peuvent expliquer ces délais importants, il n’en reste pas moins que le passage au peer-reviewing (qu’il soit open ou en double blind) explique aussi en partie le temps long de la recherche. On ne peut demander à des collègues de valider en quelques jours un article que l’auteur·trice a mis plusieurs mois à penser et des semaines à rédiger.

Comme le confinement touche à peu près tout le monde, il va sans dire que chacun·e y va parfois de son petit commentaire sur les mesures à (ne pas) prendre. Le débat français sur la chloroquine a d’ores et déjà fourni de grands moments d’epicness. Faut-il, oui ou non, accorder du crédit aux recherches du Dr. Raoult autour de la chloroquine ? Vous aurez peut-être vu qu’Idriss Aberkane a publié le 23 mars dernier une vidéo intitulée « Pourquoi Raoult est un héros ». Durant 38 minutes, l’hyperdoctor attaque la « clique d’académicards » ayant réfuté toute légitimité à l’article débattu du docteur Raoult qui a pourtant « fait de son mieux pour présenter quelque chose ». Pour I. Aberkane, on est en temps de guerre. Cette situation exceptionnelle (« 1300 morts dans le monde par jour, ça vous fait 13 Bataclan par jour ») nécessite la transgression des méthodes canoniques de validation de résultats par la communauté scientifique internationale. Pour I. Aberkane, la situation actuelle appelle une réponse hors norme : « Le professeur Raoult, qu’est-ce qu’il a fait ? Il a fait de la science quick and dirty parce que c’est comme ça qu’on fait en temps de guerre, bande de débiles ». Légitimant ainsi le discours guerrier, I. Aberkane puise dans l’histoire récente d’autres exemples à l’instar de celui d’Erwin Rommel (haut gradé de la Wehrmacht d’Hitler) et auquel est assimilé le professeur Raoult (« On a la chance d’avoir Erwin Rommel dans notre camp… ») en raison de la promptitude avec laquelle il aurait mis à disposition une solution « prometteuse ».

À la limite du complotisme saupoudré de point Godwin, le quick and dirty d’I. Aberkane apparaît comme la solution à apporter dans une situation de détresse profonde où toutes les barrières auraient sauté, où les cadres cognitifs structurant habituellement nos décisions deviendraient inutiles. N’importe quel résultat prometteur se verrait accepté presque a priori; sa validation définitive – si l’on peut dire – serait ainsi remise à un temps ultérieure, celui de la sortie de crise. Difficile de dire si nous en sommes là avec le covid-19 même s’il est acquis que la pandémie et le confinement qui en résulte sont pour d’aucuns la première expérience de ce type à l’échelle d’une vie. Si rien n’est plus incommensurable que l’écart entre l’ethos humboldtien et le quick and dirty, la force de frappe communicationnelle d’I. Aberkane est toutefois de nature à disséminer l’idée que le monde scientifique est ankylosé dans des querelles de clochers pour de nombreux·euses citoyen·ne·s. Penser out of the box en temps de pandémie est une situation nouvelle pour bon nombre de chercheurs·euses habitué·e·s à un processus long et parfois fastidieux de publication. La recherche telle que conduite dans les universités européennes s’accommode très mal d’une approche quick and dirty. Et je serais tenté de dire: tant mieux que ça n’est pas la cas.

Peut-être qu’on doit se demander si l’incapacité de faire du quick and dirty en temps de crise ne résulte pas d’un sous-financement chronique des établissements d’enseignement supérieur au cours des vingt dernières années ? Le quick & dirty, ce n’est pas la panacée universelle. Je pense que tout le monde pourra en convenir. Toutefois, quels sont ceux qui, au sein du monde académique, peuvent se permettre de jongler entre recherches au long cours et mise en application de résultats jugés, au mieux, prometteurs ? Les obligations administratives, pédagogiques et scientifiques imposent, presque naturellement, la conformité tant abhorrée par I. Aberkane. La « liberté de chercher » – slogan du FNRS belge – n’est bien souvent qu’une liberté surveillée, ou plutôt contrainte et limitée par des carcans que tous les acteurs du milieu ou presque dénoncent, mais contre lesquels très peu osent s’ériger.

Prenez soin de vous & wash your hands.

Confinement vôtre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.