Academic Diary – Faire sauter les barrières

2 avril 2020

Un virus, c’est comme la recherche scientifique : ça ne connaît pas de frontière. Que ce soit la littérature scientifique, les réunions et les séjours à l’étranger, la recherche scientifique n’a a priori que faire des frontières étatiques. Dans un monde idéal, toutes les publications nécessaires à la rédaction d’articles, ouvrages ou thèses seraient accessibles gratuitement pour celui ou celle qui en aurait besoin. Dans un monde parfait, il n’y aurait qu’à soumettre son manuscrit à un éditeur pour que celui-ci lance la procédure d’évaluation préalable à la parution sans qu’il ne vous demande de mettre 5000€ sur la table. Dans l’Éden académique, nous pourrions espérer que chaque membre d’une communauté universitaire ait entièrement accès à des plateformes du type JSTOR, MUSE ou CAIRN. Ou plutôt que ces plateformes ne soient pas nécessaires. Dans un monde utopique, nous possèderions tous un numéro ORCID et nous n’aurions pas peur de mettre en ligne sur des plateformes comme Zenodo, Huma-num & co. nos datasets ou les données collectées et produites au cours de nos recherche sous peine de se les faire voler par des collègues-néanmoins-concurrents-pour-un-poste-ou-un-financement.

En bref, dans un monde qui n’existe pas (encore) on agirait selon les idéaux d’une science ouverte où se conjugueraient les bienfaits de publications en open access et le dépôt en ligne des données de la recherche – celles ayant servies à la rédaction de la publication – et, pourquoi pas, articulés à des actions relevant de la science citoyenne (citizen science). Depuis au moins une décennie, le flux constant de l’open access ne cesse de brasser des courants toujours plus forts et puissants. Finies les quelques vaguelettes d’ouvrages ou d’articles labellisés « open » sur les sites d’éditeurs. Même si le chemin reste très long pour que les pratiques soient généralisées auprès d’éditeurs scientifiques principalement orientés par les marges bénéficiaires qu’ils pourraient faire, nombreux sont celles et ceux qui ont compris tout l’intérêt d’éviter au maximum les éditeurs refusant l’open access.

Avec le confinement, l’enjeu de l’open access des publications est devenu un trending topic dès que plusieurs éditeurs et plateformes ont fait sauter les barrières qui empêchent en temps normal l’accès à leurs publications. L’intérêt s’est immédiatement porté sur la mise à disposition des données relatives aux recherches sur le covid-19. On a toutefois observé des réticences de chercheurs parce qu’on aurait pu bafouer le processus habituel d’évaluation avant publication… ce qui n’est pas sans rappeler le billet sur le quick and dirty. Davantage que la question de l’open access des publications, c’est bien celle de l’open data qui est en jeu.

C’est que la pandémie met une nouvelle fois à jour la pertinence d’une approche ouverte de la recherche scientifique. Nos cerveaux largement formatés à évoluer dans un contexte de compétition (pour les postes, les financements, les publications) s’autocontraignent à réaliser que l’ouverture des publications et le partage des données n’impliquent pas nécessairement qu’il y ait piratage et plagiat de la recherche. Les moyens légaux pour protéger la mise en ligne des données et des publications existent d’ailleurs (cf. creative commons notamment).

La question de l’open access des publications a rapidement pris en importance au fur et mesure que le confinement devenait une réalité et que les universités basculaient vers un mode d’enseignement à distance. Le fait que de nombreuses plateformes, en collaboration avec les éditeurs, aient fait sauter les barrières en donnant un accès parfois total (téléchargement) à leur contenu a évidemment suscité un intérêt marqué auprès de tous les acteurs du monde académique. Que ce soient les chercheurs travaillant sur le covid-19 ou le simple historien que je suis, lorsqu’on vous annonce qu’une plateforme met en accès ouvert ses publications, c’est un peu comme si le père Noël débarquait par surprise avec sa hotte à cadeaux. L’intérêt de cette ouverture est aussi de pouvoir lutter activement contre la pandémie. Marin Dacos, figure incontournable de la science ouverte en Europe, a très bien résumé la situation dans un article dans le supplément M du Monde (27.03.2020) : « Autrement dit, pour lutter contre un virus, il faut confiner la population… mais surtout pas les données scientifiques ».

Les esprits chagrins se diront peut-être que les gens – comme moi – qui téléchargent tous les articles et livres mis à leur disposition ne sont que des profiteurs qui ne feront rien pour transformer cet essai – ouverture temporaire des accès – en une réalité concrète au-delà de la crise. Car la question principale est bien celle-ci, à savoir opérer un changement de modèle sur le long terme afin d’éviter de devoir débourser 200€ pour un livre de 150 pages ou 5000$ pour un article dans une revue à l’impact factor tonitruant. On rétorquera sans doute que les dépôts institutionnels sont déjà des instruments qu’il faut pouvoir mobiliser. À l’ULiège, par exemple, le dépôt ORBi a connu une hausse spectaculaire du nombre des téléchargements au cours du mois de mars dernier.

Enfin, on peut se plaindre de toutes ces annonces d’accès temporaires aux articles et ouvrages de grands éditeurs comme s’il s’agissait d’un jeu de surenchères. Une fois encore, il faut peut-être se rappeler que nous ne sommes pas égaux face au confinement. Combien de professeurs ont pu terminer un cours grâce aux ouvrages accessibles en ligne ? Combien de doctorant.e.s ont pu accéder à l’article ou l’ouvrage dont ils ont besoin pour terminer un chapitre de thèse ? Combien de postdocs en train de terminer la rédaction d’un dossier de candidature ont-ils pu le terminer grâce à ces initiatives ? Et puis vu le prix à l’achat de tous ces ouvrages, n’est-il pas normal que nombre de chercheurs se ruent sur les plateformes qui ont fait sauter leurs barrières ? On ne saura sans doute jamais le réel impact de cette ouverture des plateformes, mais il est loin d’être nul. Tant sur le plan pédagogique que sur celui de la recherche stricto sensu.

Comme le rappelle Bernard Rentier, ancien recteur de l’ULiège et avocat de l’open science, l’open data et l’open access pour les publications en lien avec le covid-19 sont essentiels étant donné l’urgence que constitue la lutte contre la pandémie. Il insiste toutefois pour dire qu’on aurait tort de se limiter aux données et publications liées aux covid-19. Rentier plaide depuis des années pour une refondation, à l’échelle de toutes les disciplines, du processus de publication en vue de travailler à l’avènement d’une approche non commerciale de celui-ci. On sait par ailleurs que la Coalition-S propose comme objectif principal de généraliser l’open access dès 2021.

Les idées sont là, les acteurs sont prêts, les chiffres de téléchargement peuvent être utilisés comme munitions. Il ne reste qu’aux universités, aux membres des comités de revues, aux éditeurs ainsi qu’aux chercheurs – dans leurs pratiques quotidiennes – de faire en sorte que le robinet de l’open access qui s’est ouvert et qui déverse ses publications un peu partout ne se referme plus…

Prenez soin de vous & wash your hands

Confinement vôtre !

PS : mention spéciale à JSTOR qui a fortement mis en avant qu’il y avait du contenu open access sur la plateforme. D’aucuns ont cru que tout le contenu de JSTOR avait été ouvert alors que la plateforme rappelait seulement qu’il existait du contenu OA mais en quantité infinitésimale à l’échelle générale de JSTOR…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.