Academic Diary – Mobilités immobilisées

3 avril 2020

Avec le confinement de la moitié de l’humanité, beaucoup d’entre nous ont le sentiment de tourner en rond, de devenir fou à devoir resté cloîtré dans des espaces plus ou moins exigus selon les situations. Cette quasi-immobilité forcée – en Belgique il est encore autorisé de se promener dehors pour « faire de l’exercice » (sic) – s’accommode mal avec les activités académiques. Comme je le mentionnais dans le premier billet, le printemps est souvent synonyme de transhumance. À cette période de l’année, tout le monde ou presque est victime de la colloquite, une maladie très répandue chez les chercheurs vous incitant à organiser/participer à plus de la moitié des colloques de l’année entre mars et juillet. Il m’a alors semblé que  prendre le temps d’aborder la question de la mobilité dans le billet de ce jour n’était pas une si mauvaise idée que ça. Pour rédiger cet article, je me suis grandement appuyé sur les recherches de Christophe Mincke et Bertrand Montulet au sujet de la mobilité et qu’ils ont synthétisé dans un ouvrage intitulé La société sans répit. La mobilité comme injonction (2019). À défaut d’avoir été en mesure de consulter l’ouvrage – #biblisolidaire a ses limites –, je me suis inspiré des présentations que Christophe Mincke a effectuées au cours de l’année passée.

Il faut reconnaître qu’il y a une certaine ironie à devoir rester immobile, enfermé chez soi, à cause d’un virus qui, quant à lui, a fichtrement bien intégré ce que signifiait être mobile. En outre, l’arrêt soudain de la plupart des activités humaines a produit une chute drastique du bruit sismique sur terre – très fortement observée à Bruxelles –, infléchissant, ô ironie, le mouvement même de celle-ci. Comme d’aucuns ne cessent de le rappeler, l’immobilité n’est pas une réalité pour tous. Une nouvelle fois, la pandémie covid-19 nous met sous les yeux que des inégalités existent et même qu’elles existaient bien avant 2020… Quoi qu’il en soit, il s’est rapidement opéré ce que Mincke et Montulet appellent un report modal. Comme les individus sont immobilisés, ce sont alors les objets qui se déplacent (livraisons) en même temps qu’on assiste à la mise en place généralisée de dispositifs palliant l’interdiction de déplacement (télétravail, cours en distanciel). En ce qui concerne les colloques et conférences, ils ont été soit annulés soit postposés à l’automne ou bien 2021. Des adaptations s’observent toutefois par le biais de webinaires où Zoom joue un rôle dorénavant essentiel mais de plus en plus contesté en raison des paramètres de sécurité de l’application (voir les articles par The Verge ici, ici et encore ici)

Plus largement, la mobilité est actuellement considérée comme un bien en soi en ce sens qu’« être mobile » est un comportement doté d’une valence positive. Pour l’exemple, j’ai candidaté à deux postes académiques au cours de cette année et chacun des deux spécifiait qu’il fallait un séjour significatif à l’étranger ou, à défaut, il convenait d’avoir passé un temps significatif dans une autre institution que celle où on avait effectué sa thèse. Dans un espace politique comme l’Union européenne où l’on s’est évertué à favoriser la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux, le rapport au monde sous-tendu par cet idéal mobilitaire revêt une importance essentielle.

Il serait cependant faux d’affirmer que le 21e siècle est celui de la mobilité. Minck et Montulet précisent bien que l’avènement du train, de la voiture et de l’avion au cours du 19e siècle et le premier tiers du 21e siècle a radicalement modifié notre rapport au temps et à l’espace. Le véritable changement, opéré au cours du 20e siècle, porte davantage sur la signification de l’expression être mobile. C’est essentiellement de cette modulation-là dont pâtissent les jeunes chercheurs·euses à la recherche d’un peu de stabilité dans leurs vies professionnelle et personnelle.

L’acception de l’expression être mobile ne se réduit toutefois pas au simple spectre du mouvement physique des corps. Ce serait trop facile. Être mobile signifie également que se produit une reconfiguration de l’articulation entre espace et temps. Pour Mincke et Montulet, cet aspect constitue un élément essentiel de la question : la mobilité s’intègre également dans une dynamique temporelle. Je pense qu’ils ont vu juste. Parce que non seulement on vous demande, en tant que jeune chercheur·euse, de partir à l’étranger pour prouver votre valeur – partez, partez même si les meilleurs spécialistes de votre discipline sont dans votre pays d’origine ! – mais il faut encore prouver que vous pouvez diriger des projets et que vous êtes capable de sans cesse vous former et vous adapter. C’est la doxa managériale : être constamment en train de s’adapter pour rester « à la page » car on ne sait pas ce qui peut arriver, quelle nouvelle technologie ou tendance surgira dans 6 mois, un an, etc. et vous rendra obsolète sur le marché de l’emploi. La philosophe française Barbara Stiegler aborde d’ailleurs cette même question dans son dernier ouvrage intitulé très justement «Il faut s’adapter». Sur un nouvel impératif politique (Gallimard, 2019). Ce que l’idéal mobilitaire a permis d’implanter de manière très précise dans l’esprit des jeunes chercheurs c’est qu’il n’existe plus de parcours nécessairement balisé : réaliser votre thèse dans une université ne vous lie pas à cette institution ad vitam aeternam. La thèse finie, le lien que vous entretenez avec votre université doit presque nécessairement se délier. Dorénavant les universités recrutent à l’international et l’on vous invite à penser pareil car l’avenir est supposément ouvert et libre. À vous de faire advenir le futur que vous souhaitez ! Mais si possible gardez quand même contact parce que sinon on vous le reprochera aussi. Dans un autre domaine, on a vu cet idéal être largement mobilisé par les Recteurs des universités lorsqu’il a fallu basculé vers un enseignement en distanciel à cause du confinement. La capacité du personnel à être « agile » – agilité et mobilité sont ici quasi synonymes – à un moment essentiel pour l’institution est reprise dans tous les mails envoyés par les autorités académiques. En fait, je viens de dépeindre le portrait-robot d’Otis dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre. Ouvert à la vie, à l’inconnue et toujours prêt à laisser tomber sa papyrasserie pour se lancer dans de nouveaux projets, que ce soit le parachèvement du temple de César ou la réalisation du sans-efforceur.

Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent :
« Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? »,
Eh bien je leur réponds très simplement,
je leur dis que c’est ce goût de l’amour,
Ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui
à entreprendre une construction mécanique,
Mais demain, qui sait, peut-être simplement
à me mettre au service de la communauté,
à faire le don, le don de soi…

Otis, c’est l’archétype du bonhomme qui vit son métier comme une passion pour laquelle il faut tout donner, tout accepter (ou abandonner) et qu’il conçoit comme un sacerdoce. Otis, c’est l’amour ! Oui, mais l’amour inconditionnel et sans répit.

Si l’on s’en tient à la recherche stricto sensu, l’idéal mobilitaire se traduit par la valorisation jusqu’à l’outrance d’une recherche par projet qui, presque à chaque fois, doit s’opérer de façon collective – il faut mobiliser son réseau – et au cours d’une temporalité définie ; on doit être agile et être capable de rebondir sur un autre projet une fois celui en cours mené à son terme. Comme le dit très bien Christophe Mincke, l’être mobilitaire « est un être bondisant [sur un projet] puis rebondissant [de projets en projets] » (cf. lien vers vidéo supra). Cette caractéristique du chercheur·euse mobile-agile – appelons ça le·la CMA, zéro tracas, zéro blabla – s’adosse à la mobilisation d’une rhétorique de la promesse. Dans toute candidature pour un mandat, un poste ou un projet vous devez promettre que vous tout ira bien, que vous organiserez X nombre de colloques, vous publierez X nombre de publications, etc. Et si vous avez déjà quelques résultats de recherche, c’est bien vu de les mettre. Adieu la gestion organique d’un projet, d’une idée. Adieu la sérendipité. Cet idéal conduisant à l’exacerbation d’un ethos proprement agonistique entre les (jeunes) chercheur·euse·s n’amène qu’à un conformisme des méthodes, des thématiques et des approches. Et ce n’est pas moi qui le dis, c’est Alain Supiot dans sa sortie de cours au Collège de France.

L’absurdité de l’idéal mobilitaire oblige encore à la production de signes validant ledit idéal. Il faut pouvoir se draper des oripeaux de la mobilité – ce quadri j’ai plein de colloques à l’étranger – même si cela n’a guère d’impact ou de signification profonde dans le cadre de nos recherches. On assiste alors à ce que Mincke appelle des phénomènes de mise en scène destinés à rendre visible son adhésion à l’injonction de mobilité. Ceci est tout particulièrement palpable en début de carrière académique (postdoc) et je suis à cet égard l’exemple-même de tout ce que je viens de mettre en avant ci-dessus.

Ch. Mincke rapporte encore que l’idéal « mobilitaire » tant vanté dans le monde académique est principalement à mettre à l’honneur d’individus qui n’ont pas eu à adopter cette posture. Ceux-ci ne réalisent pas – ou alors très imparfaitement – les implications pratiques de même que les chamboulements professionnels et privés que ces situations entraînent. À l’âge d’être nommé temps plein, un·e académique a sans doute aujourd’hui plus de mobilité à son actif que son/sa collègue plus vieux/vieille de 15 ans. Les contextes sont différents, c’est évident. Mais cela autorise-t-il à faire fi de toute réflexivité par rapport aux prescriptions qui sont émises et aux implications pratiques de celles-ci ?

C’est bien beau de critique et de dresser un constat. Mais avec ça on fait quoi ? Est-ce que ce temps de mobilités immobilisées ne serait-il pas propice pour (re-)penser un peu tout ceci ? Selon Mincke, il faut réfléchir collectivement aux choix qu’on pose. Très bien. Mais en attendant il y a peut-être aussi des gestes personnels à poser. Notamment dans le chef des personnes siégeant dans des comités de sélection ou commissions scientifiques. Êtes-vous prêts à valoriser la personne ultra-mobile au détriment d’une autre tout aussi compétente mais qui n’a pas le sacro-saint Graal « postdoc à l’étranger » ? Êtes-vous prêts à systématiquement indiquer dans une offre d’emploi Le/la candidat/-e devra justifier une expérience à l’étranger ou, à défaut une période significative dans une autre université que celle où il/elle a réalisé sa thèse ? Êtes-vous prêt à donner du crédit à cette idée que la mobilité est une finalité en soi et non plus un moyen pour progresser dans sa recherche ?

 

Prenez soin de vous & wash your hands.

Confinement vôtre !

ps : si vous en voulez encore, mon épouse a aussi écrit sur la question de mobilité relative à ma propre situation de postdoc expatrié sous le soleil madrilène.

 

Mise à jour du 23 avril 2020 : La Revue nouvelle a publié sa dernière livraison en libre accès. Dans ce numéro, on retrouvera un article substantiel de Christophe Mincke sur ces questions de mobilités et dans lequel est résumé un certain nombre des points abordés dans La société sans répit. La mobilité comme injonction. L’article, intitulé « Covid-19, la société malade de la mobilité », est consultable gratuitement.


3 réflexions sur « Academic Diary – Mobilités immobilisées »

  1. Merci pour ce texte qui utilise très habilement les travaux que j’ai menés avec Bertrand Montulet. Au plaisir d’en discuter avec vous au détour… d’un déplacement…
    Pour l’anecdote, après ma thèse, il m’a été préféré, pour un post-doc, un chercheur-pélerin qui était passé par de multiples institutions, alors que je connaissais parfaitement l’institution qui aurait pu m’accueillir et que j’aurais sans doute pu y développer des choses intéressantes (et ancrées). Au même moment, un collègue plus âgé me félicitait et me disait que, maintenant, il fallait que je parte pour un post-doc à l’étranger… J’avais deux enfants en bas âge, c’était hors de question… ça m’a beaucoup nuit, je pense. Comme m’a nuit le fait qu’un professeur m’empêche de partir à Paris pour bénéficier d’une bourse Marie-Curie, parce qu’il souhaitait me garder sous la main « au cas où »… Bref, la mobilité est un enjeu dans les carrières académiques, qu’il s’agisse de l’exiger ou de l’empêcher…

    1. Merci beaucoup pour ce gentil commentaire. Au plaisir évidemment de pouvoir en discuter.
      Je propose, à l’occasion et peut-être pas tout de suite, une rencontre sur les sommets de la terrasse du CH à Saint-Louis avec l’ami Quentin (Verreycken) ^^

      1. Je ne sais pas si on en parle dans les vidéos mais, dans le livre, on retrouve également quelques passages intéressants sur l’interdisciplinarité, la valorisation (dans le discours) du décloisonnement des disciplines. Ce qui est présenté comme un atout dans la recherche devient ensuite une tare au niveau institutionnel puisque l’on n’appartient véritablement à aucune catégorie du système universitaire… Ou quand la mobilité intellectuelle entraîne l’immobilité professionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.