Academic Diary – Enseignement à distance

17 avril 2020

Ce génie de nos temps modernes qu’est Elton John a écrit, sans le savoir, l’hymne du confinement : I’m still standing (1983). Alors que le chanteur se trouve en costume trois pièces sur la plage, il entame ce refrain : Don’t you know I’m still standing better than I ever did / Looking like a true survivor, feeling like a little kid / I’m still standing after all this time / Picking up the pieces of my life without you on my mind. À peu de chose près c’est peut-être ce sentiment-là que ressentiront les millions d’étudiant·e·s du supérieur à travers le monde quand on leur apprendra que les cours peuvent reprendre en présentiel et qu’ils ne doivent plus suivre leurs cours via Teams ou Zoom ou faire les Jitsy kings devant leur ordinateur (pour celles et ceux qui en possèdent un). Cette pandémie a, en effet, le mérite de mettre en évidence que toutes les universités ne sont pas égales devant l’enseignement en ligne. Les disparités sont même gigantesques d’un pays de l’Union européenne à l’autre.

Du jour au lendemain, les universités belges ont décidé de basculer vers un enseignement distanciel afin d’assurer un minimum de continuité pédagogique. Le changement fut pour le moins brutal pour tout le monde, tant du côté des professeurs confessant parfois le retard technologique qu’ils avaient à rattraper – on ne citera personne ici – que les étudiant·e·s qui se voyaient contraint·e·s de rester braqué·e·s devant l’écran de leur ordinateur pour écouter leurs cours. À ce jeu-là, tout le monde n’est pas égal. On peut clairement tabler sur le fait qu’un·e professeur·e dispose d’un lieu à soi/elle (bureau) pour dispenser, au calme, la matière des cours. La situation n’est guère toujours identique pour les étudiant·e·s. Le 27 mars dernier le New York Times publiait ainsi un article intitulé « White Collar Quarantine »  dans lequel transparaissait le caractère profondément inégalitaire de l’enseignement à distance. Si certains étudiant·e·s peuvent ainsi disposer d’un ou de plusieurs espaces chez eux (chambre, bureau), certains en sont réduits à devoir aider l’entreprise familiale en péril à cause de la pandémie comme cette étudiante tâchant tant bien que mal d’étudier tout en aidant ses parents à faire tourner le food truck familial. Dorénavant, chaque visioconférence est une fenêtre (d’ordinateur) ouverte sur les disparités qui traversent une même classe, un même auditoire.

Au cours de la dernière décennie, l’enseignement universitaire en ligne a connu une montée en puissance radicale. Une plateforme comme edX fondée par Harvard et le MIT regroupe plusieurs milliers de cours des plus prestigieuses universités dans le monde et tout ça pour la modique somme de… zéro euro[1]. La plateforme est, à certains égards, formidables. Vous pouvez tout aussi bien suivre un cours d’introduction à l’histoire du livre au 18e siècle avec Robert Darnton (Harvard) qu’acquérir les rudiments en matière d’intelligence artificielle avec les têtes pensantes d’IBM. La plateforme promouvait même le 14 avril dernier 30 cours à destinations d’élèves du secondaires afin d’atténuer le décrochage scolaire qu’implique le confinement. L’initiative est fantastique et heureusement qu’elle existe. Pour autant, il est aussi certain que l’expérience virtuelle d’un tel enseignement ne peut s’assimiler à celui en présentiel.

L’enseignement en ligne est également une affaire de gros sous. La première université au monde en termes d’enseignement en ligne est américaine, la Liberty University. Établissement fondé et dirigé par la famille Falwell depuis presque 40 ans, Liberty University mêle enseignement et pastorale évangéliste tout en possédant un trésor de guerre évalué à plus de 2 milliards $ ! Liberty University est un business des plus troubles avant d’être un institution dévouée à l’enseignement. De plus en plus, on doit aussi constater que le penchant des autorités académiques pour les MOOC (Massive Online Open Courses) s’intensifient. Certaines universités, comme celle de Durham, semblent déjà tirer les conséquences de la pandémie. L’U. de Durham a annoncé cette semaine qu’elle réduirait drastiquement son offre d’enseignement présentiel afin de développer son offre de cours en ligne. L’un des arguments des autorités de l’université anglaise consiste à pointer le retard de Durham dans ce secteur par rapport à ces « compétiteurs ». Durham entend frapper un grand coup en diminuant de 25% (!!!) des enseignements « on campus » tout en développant une offre de minimum 500 cours en ligne d’ici à l’été 2021. Depuis cette annonce, l’indignation fut telle que l’Université de Durham a décidé de faire marche arrière. Les universités belges sont  quant à elles encore loin d’envisager des plans pareils. Du moins pour l’instant. Le basculement vers l’enseignement en ligne est toutefois au coeur des préoccupations comme en témoigne du reste le fait que l’UCLouvain ait octroyé à Anant Agarwal, fondateur et CEO d’edX, un Doctorat Honoris Causa en 2018. Il est fort à parier que les autorités académiques tâcheront de capitaliser sur les habitudes prises durant le confinement pour pousser toujours plus à la réalisation de MOOC.

Toutes les universités belges ont suspendu leurs cours jusqu’à la fin de l’année académique. Elles réfléchissent également aux modalités pratiques des examens de juin. Certaines ont déjà refusé les examens en présentiel alors que d’autres réfléchissent encore l’organisation d’un système mixte (présentiel et distanciel). Le discours général a toutefois directement été celui d’une garantie de la continuité des enseignements durant le confinement. Ce discours est lui-même rendu possible par les technologies de communication à disposition des enseignants. Ces technologies sont néanmoins souvent des dispositifs produits par des entreprises privées. Tel est le cas du produit de Microsoft, l’application Teams à laquelle plusieurs universités belges recourent. Les philosophes Thomas Berns et Tyler Reigeluth ont d’ailleurs attiré l’attention sur ce report massif de l’enseignement vers des plateformes détenues par des entreprises privées. Outre la question, disons politique, du recours à ces intermédiaires pointe en creux celle du risque d’une compétition future entre les institutions qui peuvent et celles qui ne peuvent pas se permettre de recourir à pareils outils. Les inégalités déjà bien présentes entre les étudiant·e·s d’une même institution se retrouvent dédoublées par celles qui structurent les relations entre les institutions elles-mêmes. Si tel est déjà le cas maintenant, la situation ne fera que s’amplifier à l’avenir.

La Belgique n’est toutefois pas un pays à plaindre. Si l’on compare avec un pays durement touché par le COVID-19 comme l’Espagne, les universités belges s’en sortent bien. En Espagne, les universités sont fermées depuis la mi-mars. Les cours sont tout bonnement suspendus. Certaines universités, comme l’Autonóma de Madrid, renvoient leurs étudiant·e·s vers les groupes MOODLE des cours et…la page de l’université sur la plateforme edX. Faute de moyens financiers suffisants, les établissements espagnols ne peuvent se permettre de basculer entièrement en distanciel. À titre de comparaison, l’UCLouvain a pu créer une session TEAMS pour les 3500 cours qui y sont donnés afin qu’ils puissent être donnés durant ce « break » forcé.

Dans ces conditions, on a vu fleurir des pétitions contre l’organisation d’examens à distance (ULille en France) ou d’autres visant à demander l’autorisation de recommencer son année d’étude l’année prochaine (Cambridge). Ces différentes initiatives témoignent de l’inquiétude des étudiant·e·s face à une situation qui les fragilisent sans doute davantage que le corps académique. Celui-ci est néanmoins affecté et notamment dans les activités de recherche qui doivent s’effectuer en laboratoire. C’est la raison pour laquelle la KULeuven a décidé de relancer de manière homéopathique certains de ses laboratoires.

Face à un public étudiant déjà fragmenté et parfois très fragilisé par les effets que produit le confinement, le recours à l’enseignement distanciel incarne moins une continuité pédagogique qu’une tentative de « limiter les effets de la rupture pédagogique que nous vivons ». En Belgique, il faut reconnaître que les universités s’en sortent bien compte tenu du contexte financier. Le coût annuel moyen par étudiant dans le supérieur universitaire s’élevait à 7804 € en 2018 (en baisse constante depuis 2012). En 20 ans (1986-2016), le nombre d’étudiant·e·s inscrit·e·s dans les universités a augmenté de 45 500 unités (+88%). Ces chiffres  sont fournis par l’ARES elle-même. Cette hausse du nombre des inscriptions ne s’est toutefois pas accompagné d’une augmentation des moyens allouées aux universités. Dans La Libre Belgique du 2 mars 2014, l’économiste Jean-Paul Lambert rappelait un élément essentiel :

À partir de 1996, le mode de financement des universités a été soumis à un nouveau régime dit « de l’enveloppe fermée ». Ce régime prévoit, pour l’ensemble des universités, une allocation globale, simplement indexée mais insensible à l’évolution du nombre global d’étudiants. La simple évolution démographique aboutit à devoir financer un nombre toujours croissant d’étudiants avec des moyens constants (en termes réels), générant mécaniquement une dégradation continue des taux – et donc des conditions – d’encadrement des étudiants (ainsi que des conditions de travail des enseignants).

Le public étudiant précarisé, celui qui ne dispose ni d’un ordinateur, ni d’un accès convenable à internet, celui qui doit travailler pour payer ses études ou tout simplement avoir le nécessaire pour s’acheter à manger et payer le loyer, ce public étudiant là est doublement victime. Victime d’un confinement dont la brutalité soudaine rappelle non seulement la précarité de certaines vies mais qui remet aussi en danger les éventuels rêves d’élévation personnelle que l’enseignement universitaire est supposé procurer.

Prenez soin de vous & wash your hands !

Confinement vôtre

[1] Les cours accessibles gratuitement ne donnent droit à aucune délivrance de diplôme. Il est toutefois possible d’obtenir la reconnaissance de crédits moyennant paiement d’un montant qui varie selon les cours et universités. Des programmes structurés (baccalauréat, master) existent également mais le « minerval » pour ce type de parcours est nettement plus élevé (ca. 1000 $).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.