Imprimer la loi aux anciens Pays-Bas (16e-17e s.) – Ressources

Cite this article as: Nicolas Simon, "Imprimer la loi aux anciens Pays-Bas (16e-17e s.) – Ressources," in LegalHist, 08/07/2020, https://legalhist.hypotheses.org/1055.

 

Ce billet propose de mettre en lumière les forces et faiblesses de ressources en ligne à partir desquelles travaillent la plupart des chercheurs·euses désireux·euses d’étudier l’impression des lois dans les anciens Pays-Bas habsbourgeois. On se focalisera sur les 16e et 17e siècles.

Plusieurs catégories de ressources sont à disposition des chercheurs·euses. On se limitera ici à quatre grands types qui sont autant de passages obligés pour celles et ceux étudiant l’impression des lois dans les anciens Pays-Bas. Une distinction doit toutefois être opérée avant de détailler plus avant les différents types de ressources. Une part non négligeable des ressources dont il sera question ci-dessous permettent principalement de localiser les exemplaires imprimés d’actes législatifs. Il reste évidemment obligatoire de recourir à la consultation de fonds d’archives pour tâcher de comprendre les interactions entre le monde de l’imprimé et celui des autorités politiques des Pays-Bas. Répertorier les exemplaires d’ordonnances imprimées est indispensable mais ne constitue qu’une étape préliminaire pour les recherches que l’on peut envisager autour de la loi comme phénomène de communication entre gouvernants et gouvernés à l’époque moderne.

            Bases de données et catalogues en ligne

À l’heure actuelle, deux plateformes en ligne sont indispensables pour la recherche d’anciens actes législatifs imprimés. Il s’agit de l’Universal Short Title Catalogue (USTC) et du Short Title Catalogus Vlaanderen (STCV). Hasard du calendrier, les deux plateformes fêtent un anniversaire en 2020, respectivement 25 et 20 ans d’existence. Les 25 ans de l’USTC ne renvoient toutefois pas au quart de siècle de la plateforme en ligne mais plutôt à l’anniversaire du projet initial – focalisé sur la production du livre en France au 16e siècle – ayant permis de mettre progressivement en place la plateforme.

Universal Short Title Catalogue (USTC)

Des deux projets cités, l’USTC est sans doute le plus connu à l’international en raison de l’ambition affichée par ses responsables. Cette plateforme est gérée depuis ses débuts par l’équipe du professeur Andrew Pettegree à l’Université de St Andrews. L’USTC entend fournir une recension de toute la production imprimée en Europe depuis l’invention des caractères mobiles d’impression jusqu’à 1650. Les ambitions sont donc titanesques. Le projet repose notamment sur le travail de dépouillement effectué initialement par Andrew Pettegree et Malcolm Walsby (professeur des universités à l’ENSSIB), co-fondateurs de l’USTC. On leur doit notamment le Netherlandish Books, catalogue imprimé de toute la production imprimé dans les anciens Pays-Bas avant 1600.

L’USTC vous offre une expérience de recherche incomparable. Une interface léchée vous permet de sélectionner plusieurs critères de recherche tels que le lieu, le type de document, l’imprimeur, l’auteur de l’ouvrage, etc. Depuis 2019, l’USTC distingue d’ailleurs la production des Pays-Bas habsbourgeois de celle des Provinces-Unies. L’ensemble de la production de ces deux espaces politiques était auparavant englobé dans la même section (Low Countries), laissant entrevoir un problème de lisibilité dans les résultats qui pouvaient apparaître à la suite des requêtes émises dans le moteur de recherche.

Site de l’USTC – L’onglet « Search » conduit à ce moteur de recherche – Cliquez pour agrandir l’image
Les critères de recherche sont multiples et s’affichent via le menu déroulant – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’interface d’utilisation est particulièrement agréable à utiliser. Une recherche peut s’effectuer soit par mots-clés choisis librement soit en recourant aux différents critères proposés. Neuf sont actuellement disponibles. Certains vous laissent ensuite renseigner l’occurrence que vous souhaitez recherche tandis que d’autres se subdivisent en plusieurs sous-catégories parmi lesquelles vous devez choisir. Ce dernier cas est celui de la catégorie « Object » (thématique) dans laquelle se trouve la sous-catégorie « Ordinances and Edicts » particulièrement intéressante dans le cas qui nous occupe. Rechercher une ordonnance imprimée n’aura sans doute jamais été aussi facile.

Le champ « Ordinances and Edicts » est une possibilité parmi une dizaine d’autres catégories thématiques pour lesquelles une recherche peut être menée – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Chaque résultat de recherche dispose d’un identifiant unique très commode pour citer ou retrouver l’item. En effet, lors d’une recherche ultérieure vous pourrez utiliser cet identifiant grâce au champ prévu à cet effet dans le moteur de recherche. La force de l’USTC est aussi d’agréger les identifiants d’autres plateformes comme le STCV. En clair, si vous ne connaissez que l’identifiant STCV d’un item, vous êtes en mesure de le retrouver rapidement sur l’USTC grâce à cette fonctionnalité.

Les critères additionnels sont un outils précieux si vous avez déjà l’identifiant USTC (ou d’une autre plateforme) d’un acte et que vous souhaitez consulter la fiche descriptive de l’item – Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Vous pouvez rechercher un imprimé à partir de l’identifiant de 8 plateformes/catalogues – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Une fois que vos résultats de recherche s’affichent, vous disposez de plusieurs outils afin de les trier. Admettons que j’ai recherché la production de Rutger Velpius, imprimeur d’ordonnances royales à partir des années 1580, la page de résultats m’offre la possibilité de filtrer ceux-ci grâce aux outils sur la colonne de gauche : auteurs des documents imprimés, lieux d’impression, langues, formats, etc. Ces critères de sélection peuvent tout aussi bien servir de filtres pour l’affichage des résultats généraux via le bouton « sort by » disposé en haut à droite des résultats.

En haut à droite des résultats, vous pouvez sélectionner les préférences d’affichage des résultats – Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Liste des critères disponibles en cliquant sur « sort by » – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les résultats de votre recherche donne également à voir des noms d’auteurs ou d’imprimeurs associés à celui que vous avez recherché. Ceci peut s’avérer particulièrement intéressant pour déterminer les collaborations ayant pu exister entre imprimeurs.

Si l’on sélectionne un item afin d’avoir plus d’informations à son sujet, on bascule vers une fiche d’identification reprenant les informations typographiques élémentaires du document (titre, imprimeur, lieu, année, format, etc.). Outre ces données, l’USTC vous renseigne sur les lieux de conservation d’autres copies connues de même que les catalogues papier tels que le Netherlandish Books signalant l’item. Lorsqu’une copie numérisée existe, un lien y renvoie directement depuis l’USTC. Dans le cas des ordonnances imprimées, les renvois sont généralement dirigés vers les actes numérisés par Google Books pour l’UGent (voir infra = INSERER ANCRE).

Il faut encore relever que l’USTC tâche d’intégrer les productions imprimées comme feuille volante (broadsheets). Ce format de publication est problématique pour les chercheurs·euses vu qu’il n’était pas destiné à être conservé sur la longue durée. Les broadsides étaient toutefois indispensables dans l’économie de la diffusion des lois par l’imprimé. Si ne pas en tenir compte constituerait un écueil méthodologique et heuristique, il est très difficile de pouvoir prendre en considération ces types d’imprimés puisqu’ils étaient intrinsèquement destinés à disparaitre[1].

Pour miraculeux qu’il apparaisse, l’USTC ne va pas sans soulever quelques problèmes. La plateforme n’offre, par exemple aucune page détaillant les choix méthodologiques opérés par les gestionnaires quant à la réalisation des notices descriptives. Même si l’interface d’utilisation est des plus commodes à l’usage, un « manuel d’utilisation » serait peut-être intéressant afin de pouvoir saisir toutes les subtilités du catalogue ou, a contrario, ses limites.

Un simple exemple permettra de comprendre la perplexité que peuvent poser certains résultats offerts par l’USTC. Un collègue me faisait récemment remarquer qu’un même acte peut avoir plusieurs notices dans l’USTC. Ceci est possible en raison du choix opéré d’attribuer un identifiant unique à chaque variante d’une même édition. Ainsi, chaque « état  » d’une ordonnance dans sa version imprimée est considéré comme un item à part entière nécessitant son propre numéro d’identification. Là où le bât blesse c’est qu’il n’y a pas aucun renvoi, à l’intérieur du catalogue, entre les différents états d’une même ordonnance. Cette base de calcul est aussi de nature à fausser quelque peu les statistiques que l’on serait tenté de calculer à partir des résultats que le moteur de recherche propose.

Cette situation se présente si vous souhaitez rechercher les exemplaires de l’ordonnance générale d’octobre 1531. Cet acte compte parmi les plus importants du patrimoine législatif des anciens Pays-Bas en raison des multiples matières abordées dans l’acte. On est encore face à une logique d’ordonnance dite de réformation à la française, c’est-à-dire que l’acte ne se limite pas à des dispositions relatives à une thématique particulière. L’ordonnance a rapidement été imprimé par Willem Vorsterman et Michiel Hillenius Hoochstraeten dont on conserve encore 38 copies. Au lieu de ne renseigner qu’un seul identifiant agrégeant l’ensemble des différents états connus de l’acte, l’USTC vous propose 13 entrées distinctes[2] !

Short Title Catalogus Vlaanderen (STCV)

À l’inverse de l’USTC, la période privilégiée dans le cadre du STCV est le 17e siècle. La phase initiale du projet (200-2007) s’est entièrement focalisée sur ce siècle, mais le spectre chronologique a depuis lors été largement élargi. Les éditions prises en considération par le projet sont celles imprimées dans le territoire de la Flandre actuelle, c’est-à-dire la Région flamande, ainsi qu’à Bruxelles.

Les gestionnaires de la plateforme ont mis en ligne une section « Manuel » qui permet de comprendre les choix qui sont ou ont été pris depuis l’origine du projet. Le STCV opère sur deux niveaux en se réclamant à la fois catalogue et bibliographie.

En ce qui concerne les lois imprimées, il faut noter que le STCV ne tâche pas d’intégrer systématiquement les broadsides alors que l’USTC entend pleinement les intégrer.

All printed works are included although at the beginning of the STCV database planos or broadsides were excluded. A text printed on one unfolded sheet, possibly continuing from the recto to the verso side, is also considered to be a broadside. These works are now added where possible if time allows (STCV)

À l’inverse de l’USTC, le projet STCV joue la carte de l’Open Data en mettant à disposition l’ensemble de son dataset que tout un chacun est en droit de pouvoir télécharger.

Champ de recherche générale (page d’accueil) – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Lorsque vous souhaitez lancer une recherche, plusieurs solutions s’offrent à vous. Une recherche simple à partir de l’espace prévu sur la page d’accueil est la solution de facilité.

Exemple de résultats pour la recherche « Rutger Velpius » – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Vous pouvez également descendre sur la page et choisir différentes approches, que ce soit une recherche par thématique (histoire, religion, droit, etc.) ou par types de publications. Ce dernier cas est le plus intéressant si l’on souhaite avoir un aperçu des ordonnances imprimées. La catégorie « Publicatiestypes » contient la sous-catégorie « Overheidspublicatie » (publications d’autorités/gouvernements). En cliquant sur ce lien, on est renvoyé à une liste impressionnante d’actes officiels en tout genre publiés entre le 16e et le 18e siècle. Vous pouvez également décider de procéder à une « recherche avancée » (Geadvanceerd zoeken) où il vous est possible de sélectionner plus précisément certains critères (période, imprimeur, auteur, lieu, etc.).

13 catégories thématiques sont proposées – Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Une dizaine de types de publications sont également proposées – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En un sens, le STCV et l’USTC proposent la même logique de recherche. L’avantage du STCV, dans le cas qui nous occupe, est qu’il se limite à une partie des territoires des anciens Pays-Bas et qu’il permet de trouver rapidement l’ensemble des documents conservés en un même endroit. Cette dernière fonctionnalité est absente de l’USTC (sauf grosse erreur de ma part). Si l’on observe la fiche de résultat pour une œuvre de Rutger Velpius, on constate que les informations reprises sont de même nature que celles que l’on pouvait retrouver dans l’USTC à la différence qu’une image de l’acte est accessible sur la page de la notice (voir un exemple d’ordonnance sur feuille volante réalisée par Velpius). Le STCV procure aussi pour les ordonnances qui ne sont pas imprimées comme feuille volante une reproduction de la page de titre. L’édition imprimée de la Trêve de Douze Ans par Velpius ne fait pas exception.

La recherche avancée permet d’affiner les critères de recherche – Cliquez pour agrandir l’image

Si l’interface d’utilisation du STCV parait un peu moins facile d’usage que l’USTC (dispersion des fenêtres de recherche), il s’agit là d’un problème qui peut aisément être surmonté à force d’utiliser l’outil. À titre tout à fait personnel, je dirais que le STCV semble bien conscient des limites de la plateforme là où l’USTC semble parfois plus prompt à affirmer que tout est (presque) parfait. Ceci peut clairement s’observer quand on lit les différentes sections du manuel d’utilisateur du STCV.

Les résultats de recherche peuvent ensuite être triés selon différents critères (lieux de conservation, années, etc.) – Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Vous l’aurez compris, un espace important de l’actuelle Belgique n’est pas pris en considération : la Wallonie. Aucun équivalent au STCV n’existe à l’heure actuelle pour le sud de la Belgique. Ceci peut en partie s’expliquer par l’arrivée relativement tardive de l’imprimerie dans ces provinces à la fin du 16e siècle, voire au début du siècle suivant. Il faut donc se lancer dans la lecture des catalogues papier ou bien passer en revue l’USTC afin d’identifier les lois imprimées par des artisans du livre positionnés dans les provinces méridionales des Pays-Bas habsbourgeois[3]. La question n’est pas anecdotique puisque Rutger Velpius débute sa carrière d’imprimeur des ordonnances royales à Mons en mai 1580 après que le gouverneur général de Philippe II, Alexandre Farnèse, s’y soit installé avec sa Cour.

Fonds patrimoniaux de bibliothèques 

Nombre de bibliothèques universitaires ou dédiées à la recherches conservent quantité d’actes imprimés. Parmi celles-ci, deux institutions sont essentielles pour la recherche sur l’impression de lois : les bibliothèques de l’UGent et KBR, la bibliothèque royale de Belgique.

KBR, Mont des Arts, Bruxelles – Crédits : Visit Flanders

KBR est sans conteste la plus grande et importante bibliothèque scientifique de Belgique. L’institution tient d’ailleurs clairement son rang dès qu’on aborde la question de l’impression des anciennes lois. Du côté de KBR, les chercheurs·euses sont en effet confronté·e·s à une véritable montagne d’ordonnances imprimées. Comme toute institution un peu ancienne, KBR vous oblige quelque peu à effectuer deux recherches, la première dans le catalogue en ligne et la seconde via le catalogue sur fiches. Le catalogue en ligne autorise déjà de nombreuses recherches. La simple occurrence « Rutger Velpius » délivre à elle seule près de 600 items dont la plupart sont bel et bien des ordonnances imprimées. À part un travail en sciences bibliothécaires ayant permis de dresser un répertoire bibliographique des ordonnances publiées durant le gouvernorat général de l’archiduchesse Isabelle (1621-1633), l’impressionnante collection des ordonnances imprimées de KBR n’ont pas encore fait l’objet d’une grande attention[4]. Il est d’ailleurs sans doute impropre de recourir au singulier (la collection) dans le cas des actes conservés à Bruxelles. La recherche dans le catalogue en ligne donne à voir une agrégation qui cache l’origine éclatée des items[5].  Les actes imprimés qui y sont conservés sont renseignés dans l’USTC.

Grâce à un partenariat avec le projet Google Books, l’UGent a été en mesure de numériser de larges pans de ses collections qui comptent parmi les plus importantes de Belgique derrière celles de KBR. Au cours du projet (2007-2009), 300 000 volumes ont été numérisés par Google. L’UGent a simultanément procédé à une profonde modification de la structure organisationnelle de ses bibliothèques tout en procédant à une rénovation impressionnante de sa Boekentoren, œuvre de l’architecte Henri Van de Velde. Parmi les ouvrages numérisés on retrouve les ordonnances imprimées à l’époque moderne. La recherche de celles-ci peut s’effectuer très facilement à partir du catalogue en ligne de la bibliothèque. Une fois l’item sélectionné, vous pouvez choisir de voir en ligne le document numérisé. Comme à chaque fois avec les projets partenaires de Google Books, le document est consultable en ligne sur Google Books (en couleur) et, dans le cas présent, téléchargeable (en noir et blanc). On peut ainsi y consulter une large collection des ordonnances royales imprimées par Christophe Plantin, Rutger Velpius ou son beau-fils, Hubert Anthoine. Bref, il s’agit là d’une mine d’or non seulement pour prendre la mesure du phénomène mais aussi pour l’accès que procure l’UGent à des actes qui n’ont pas encore été édités par la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique. Les actes imprimées qui y sont conservés sont renseignés dans l’USTC.

Il faut évidemment souligner aussi que cette numérisation massive par Google des ouvrages publiés avant 1800 et conservés à Gand ne va pas sans poser quelques écueils. Ceux-ci ont été dressé à grands traits par Robert Darnton dès 2009 dans Apologie du livre. La numérisation qu’effectue Google permet assurément d’augmenter l’efficacité de la recherche universitaire en mettant de tels corpora à disposition. Néanmoins, cette situation induit avant tout une expérience en ligne et dématérialisée de la recherche alors que les objets faisant l’objet des analyses ne peuvent être pleinement étudiés sans une prise en main (au sens littéral), sans une sensation matérielle de ces artefacts.

Boekentoren de l’UGent – Crédits : Visit Flanders, (c) E. Sergysels

Il est évident que ces deux bibliothèques ne sont pas les seules à conserver des actes législatifs anciens. Que ce soit la KULeuven, l’UAntwerpen ou l’Université de Mons Hainaut, la présence d’ordonnances imprimées est bien avérée. Il en va naturellement de même dans des bibliothèques spécialisées comme celle du Musée Plantin-Moretus à Anvers ou la bibliothèque Hendrik Conscience sise dans la même ville. Il est fort à parier que d’autres bibliothèques belges renferment des trésors insoupçonnés.

Archives générales du Royaume (AGR)

Les fonds d’archives concernant les institutions centrales des Pays-Bas habsbourgeois pour la période retenue sont tous conservés à Bruxelles. Les archives du Conseil privé, institution essentielle pour le gouvernement des Pays-Bas aux temps moderne, renferment trois numéros bien connus de tous les historien·ne·s souhaitant étudier les rapports entre monde de l’imprimé et les autorités centrales. En 1983, Micheline Soenen, archiviste aux AGR, publiait un inventaire analytique des documents relatifs à l’impression et au commerce des livres dans les Pays-Bas (1546-1702)[6]. Les ces cinq cartons décrits méthodiquement par Micheline Soenen sont une mine d’or pour les chercheurs·euses. Les documents de ces numéros ne peuvent suffire à une étude détaillée de l’impression de la législation dans les anciens Pays-Bas. Comme souvent, on va à la pêche aux informations sans trop savoir sur quoi on va tomber. Certains numéros d’inventaire ne sont guère aussi prometteurs que ne le laissait présager la notice – il n’y a parfois qu’une pièce d’archives – alors que d’autres constituent de véritables dossiers bien documentés. Les données sont donc variables. Il n’en demeure pas moins que ces cartons renferment de précieuses données, aisément accessibles, concernant l’octroi et la confirmation de privilèges pour l’impression d’ordonnances à des imprimeurs bien connus (Rutger Velpius, Jan (I) Moretus, Hieronymus Verdussen et les descendants de ceux-ci). Plusieurs documents lèvent le voile sur les différends qui ont pu avoir lieu au sujet de l’impression de lois ou mettent en lumière l’importance économique que devait revêtir l’impression des lois pour les professionnels du livre.

Répétons-le, ces quelques cartons sont loin de représenter l’alpha et l’oméga pour les recherches dans le domaine de l’imprimé officiel. Il est évident que ces informations doivent pouvoir être complétées par les archives d’imprimeurs – quand celles-ci sont connues – ou d’autorités, que celles-ci relèvent du niveau central, provincial (conseil de justice) ou local (autorités communales).

Portrait de Jan (I) Moretus par P.P. Rubens, c. 1612-1616 (Musée Plantin Moretus, Anvers)

Un atelier d’imprimerie sort presque toujours du lot quand on aborde l’histoire du livre et de l’imprimé en général : l’Officiana plantiniana. Créé en 1555 par Christophe Plantin, l’atelier anversois va rapidement acquérir une renommée internationale en raison de l’esprit entrepreneurial de son fondateur. À sa mort en 1589, son beau-fils, Jan (I) Moretus, reprend le flambeau et parvient à redonner un nouvel élan à l’entreprise qui a connu des moments difficiles au cours de la période la plus troublée de la Révolte contre Philippe II (1570-1580). L’actuel Musée Plantin-Moretus situé à Anvers, dans les bâtiments historiques de l’atelier, dispose d’une bibliothèque et d’un service d’archives de première qualité. L’importance du dépôt d’archives est réelle puisque l’on est en mesure de pouvoir tracer l’évolution et l’histoire de l’atelier de ses origines jusqu’au milieu du 19e siècle quand les presses plantiniennes cessèrent de produire des livres[7]. L’inventaire détaillé des archives – accessible sur le site internet des archives – propose un lien pour les documents numérisés les plus importants. À vrai dire, c’est presque l’entièreté des archives plantiniennes qui a été numérisée ! Un moteur de recherche offre la possibilité d’effectuer des recherches détaillées, de consulter les documents et de les télécharger.

Cour intérieure du Musée Plantin Moretus – Crédits : Visit Flanders (c) Antwerpen Toerisme en Congres

Les archives du Musée Plantin-Moretus sont, comme on l’aura compris, exceptionnelles à plus d’un titre. Cette situation explique que nombre de recherches se focalisent sur le travail de Plantin et de ses successeurs, mais il est convient bien de prendre la mesure de cette exception plantinienne. Il est beaucoup plus compliqué de trouver des informations comparables pour Rutger Velpius et ses propres successeurs, par exemple.

Voilà qui conclut un billet bien plus long que prévu initialement mais qui aura permis – je l’espère – de mettre en lumière certains points qui, à titre personnel, me paraissent fondamentaux pour une étude de l’impression des lois dans les Pays-Bas habsbourgeois aux 16e et 17e siècle. Dans le prochain billet, il sera question de mobiliser ces différentes informations et archives afin de dresser quelques constats – toujours très généraux – sur nos connaissances de l’impression et de la publication des lois à l’époque moderne sous les Habsbourg d’Espagne.

 

[1] A. der Weduwen, « ‘Everyone has hereby been warned’. The Structure and Typography of Broadsheet Ordinances and the Communication of Governance in the Early Seventeenth-Century Dutch Republic », dans Broadsheets. Single-Sheet Publishing in the First Age of Print, (dir.) A. Pettegree, Leiden, Brill, 2017, p. 240-267 ; S. Limbach, « Tracing Lost Broadsheets Ordinances Printed in Sixteenth-Century Cologne », dans Lost Books. Reconstructing the Print World of Pre-Industrial Europe, (dirs) Fl. Bruni et A. Pettegree, Leiden, Brill, 2016, p. 488-503 (accessible en OA).

[2] Dans les résultats de cette recherche, 15 résultats sont offerts. Deux de ceux-ci ne concernent en réalité par l’ordonnance caroline mais le Conseil de Hollande (USTC 400497, 437552). Le cas de cette ordonnance est abordée brièvement dans A. der Weduwen, Selling the Republican Ideal. State Communication in the Dutch Golden Age, St Andrews, 2018 (thèse de doctorat inédite en histoire), p. 36-38.

[3] Une thèse en histoire (inédite) a abordé la question de l’imprimerie dans le sud des Pays-Bas espagnols. L’auteur aborde le phénomène dans son ensemble, mais consacre plusieurs passages à l’impression des lois. Un index prosopographique inclus en fin de l’ouvrage permet d’entrevoir les réseaux professionnels et matrimoniaux entre les imprimeurs : S. Afonso, Imprimeurs, sociétés et réseaux dans les villes de langue romane des Pays-Bas méridionaux (1580-1677), Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2016 (thèse de doctorat inédite en histoire) ; Id., « L’imprimé officiel : enjeu et objet de rivalités entre imprimeurs dans les villes du sud des Pays-Bas méridionaux au XVIIe siècle », dans Urban Networks and the Printing Trade in Early Modern Europe (15th-18th century). Papers presented on 6 November 2009 at the CERL Seminar hosted by the Royal Library of Belgium, (dirs) R. Adam, Cl. Sorgeloos, D. Shaw et A. Kelders, Londres, 2010, p. 53-76.

[4] B. Desmaele, Répertoire bibliographique des ordonnances publiées dans les Pays-Bas espagnols conservées à la bibliothèque royale Albert 1er. Gouvernement de l’archiduchesse Isabelle (161-1633), Mons, Université de l’État à Mons, 1986 (mémoire inédit de post-graduat en bibliographie historique).

[5] Il s’agit souvent de collectionneurs privés importants dont les pièces ont rejoint la bibliothèque royale.

[6] M. Soenen, Inventaire analytique des documents relatifs à l’impression et au commerce des livres (1546-1702) contenus dans les cartons 1276 à 1280 du Conseil privé espagnol, Bruxelles, Archives de l’État, 1983.

[7] L’ouvrage incontournable pour plonger dans le monde de l’atelier plantinien reste le maître-ouvrage de Léon Voet, The Golden Compasses…. La succession de Plantin, assurée par son beau-fils, Jan (I) Moretus, a été étudiée par Dirk Imhof. Voir D. Imhof, De « Officina Plantiniana » ratione recta. Het uitgeversfonds van Jan I Moretus (1589-1610), Anvers, Universiteit Antwerp, 2008 (thèse inédite de doctorat en histoire) ; Id., Jan Moretus and the Continuation of the Plantin Press. A Bibliography of the Works published and printed by Jan Moretus I in Antwerp (1589-1610), Brill, Leiden, 2014, 2 volumes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.