Communication politique aux temps modernes. Aperçu de pratiques partagées.

Cite this article as: Nicolas Simon, "Communication politique aux temps modernes. Aperçu de pratiques partagées.," in LegalHist, 07/12/2020, https://legalhist.hypotheses.org/1309.

Ma nouvelle devise dans la vie c’est “Imprimer vaut mieux que deux tu l’oral”…ahaha…gros humour de confinement qui en dit long sur les ressorts comiques de ce billet et l’état d’esprit en cette fin d’année 2020. Bref. On reprend.

Les autorités politiques de l’époque moderne ont été largement préoccupées par la communication des décisions qu’elle prenaient. Toutes les autorités investies d’un pouvoir de promulguer des décisions législatives ont ainsi eu besoin de communiquer celles-ci. De façon limpide, Thomas Hobbes a souligné l’importance de ce moment en indiquant que « law made, if not also made known, is no law »[1]. À cet égard, il s’opère un changement crucial à la fin du 15e siècle et qui a eu un impact considérable non seulement au niveau politique mais aussi économique et culturel. La propagation de l’imprimerie en Europe occidentale a produit d’irréversibles changements en matière de communication politique[2]. Dès les années 1490, les décisions de souverains comme les rois de France ou d’Angleterre ne sont plus seulement mises par écrit mais font également l’objet d’une impression. À partir du 16e siècle, on observe un recours toujours plus massif à l’imprimé dans la communication politique même si les pratiques orales restent tout autant prépondérantes…

Toi aussi tu croyais que le manuscrit allait rester LE seul moyen de diffuser les lois princières ? Eh bien noooon !

Durant la période médiévale, la communication orale était le moyen à disposition des autorités politiques désireuses de faire connaître leurs décisions[3]. Dans la langue italienne du 16e siècle, le mot publicazione signifie d’ailleurs tant la communication orale que l’affichage des décisions[4]. Ces publications orales avaient généralement lieu dans des endroits de passage telles que les grand places, les halles ou les carrefours. Procéder à la publication de décisions officielles recouvrait une importance spécifique vu qu’elles émanaient d’institutions auxquelles avait été reconnu le droit de prendre des décisions pour la collectivité. Le moment de la publication et donc de la communication des décisions était fondamental puisqu’il s’agissait de diffuser une parole officielle. Celle-ci s’exprimait alors par l’entremise de crieurs publics tandis que le son de trompettes ou de tambours annonçait qu’une communication officielle allait avoir lieu[5]. La solennité des proclamations permettait de renforcer l’importance de certaines décisions[6]. L’annonce de la trêve de Douze Ans signée en 1609 entre les Pays-Bas habsbourgeois et les Provinces-Unies était évidemment porteuse d’une valeur symbolique et politique plus grande que bon nombre d’autres lois promulguées par des autorités locales[7]. On peut dès lors comprendre qu’une plus grande dépense d’énergie et de solennité était envisagée pour certaines décisions. De même, il ne fait aucun doute que cette solennité dépendait largement des autorités souhaitant communiquer[8]. À l’issue de la Diète d’empire tenue à Worms en 1521, l’ordonnance condamnant les écrits luthériens avait été lue in extenso dans tous les territoires de Charles Quint après que la population ait été préalablement rassemblée au son de trompettes ou de tambours[9]. D’après l’envoyé du pape aux Pays-Bas, la lecture entière de cet édit à Anvers aurait duré une heure ! Pareil dispositif était toutefois exceptionnel et dans le cas présent, il est difficile de déterminer la part du vrai et du faux dans les propos du légat pontifical. Les moyens auxquels pouvaient recourir les autorités royales et princières étaient souvent plus importants que ceux à disposition des villes aux poids politique et démographique réduits. Les comptabilités urbaines permettent néanmoins de mettre en évidence cette survivance des publications orales sans pour autant offrir un panorama complet de cette pratique[10]. En de rares exceptions, il est même possible de déterminer les lieux exacts ainsi que la récurrence avec laquelle s’effectuaient ces publications officielles[11]. De même, il est erroné de penser que les autorités politiques pouvaient agencer à leur guise ces opérations de communication top down sans craindre le moindre incident ou contestation. Ainsi, lors de la lecture de l’édit de Worms à Anvers mentionnée plus haut, certaines sources font mention d’insultes proférées par des membres de l’assistance envers le légat pontifical[12]. Dans certains cas, la population n’hésitait pas à indiquer que le balcon de l’édifice public (hôtel de ville) d’où les proclamations étaient effectuées était situé trop haut, rendant inaudible les propos du crieur [13]. À Venise, les crieurs étaient parfois insultés, frappés ou accueillis par des jets de pierre[14] ! Ces situations de face à face entre gouvernants et gouvernés nous rappellent qu’elles étaient aussi le moment choisi par certains individus pour exprimer leur opposition aux autorités et à leurs décisions.

Une proclamation so so acurate !

Si l’imprimé était un outil puissant entre les mains des autorités politiques pour diffuser les décisions qu’elles promulguaient, il servait aussi de support à l’expression d’opinions dissidentes. La multiplication des centres d’imprimerie a d’ailleurs permis la diffusion d’idées à une échelle alors jamais vue. On comprend que son usage a aussi été déterminant lors d’épisodes militaires, religieux ou politiques emblématiques de l’époque moderne[15]. Les autorités politiques et l’Église catholique ont farouchement recouru aux autodafés, véritables “théâtres de la censure”, pour purger par le feu les doctrines jugées hétérodoxes[16]. Dans l’Angleterre des Stuart, l’impression de pétitions soumises au Parlement a représenté un cas archétypal où l’imprimé fut mis au service d’activités de lobbying et dont l’objectif dépassait la simple volonté d’influencer les MPs[17]. Rien de comparable ne peut s’observer sur le continent européen. La Monarchie espagnole avait quant à elle été secouée dès le 16e siècle par la puissance politique de l’imprimé. La révolte qui nait dans les Pays-Bas contre le gouvernement de Philippe II à partir des années 1560 a représenté l’un des exemples précoces où l’imprimé a joué un rôle considérable[18]. Au cours de l’été 1566, on observe la production de pamphlets et de posters imprimés visant à discréditer la politique du souverain et de ses représentants, notamment dans ses aspects religieux. Ces actes imprimés étaient pour la plupart éphémères et affichés dans l’espace public[19]. Il est intéressant d’observer que le camp Habsbourg n’a pas directement recouru à l’imprimé de façon systématique face aux rebelles. Ce n’est qu’à partir des années 1580 que l’on observe une inflexion se produire à cet égard[20]. Les sept provinces rebelles (Provinces-Unies) proclamèrent la déchéance de Philippe II en 1581 et prenaient ainsi leur destin en main. Avant 1600, ces territoires vont devenir le plus important foyer de la production d’imprimés en raison de l’hémorragie causée par l’émigration vers ceux-ci de presque 170 imprimeurs originaires des territoires habsbourgeois. Au cours du 17e siècle, l’imprimé a gagné en importance dans les Provinces-Unies où nombre de villes et d’institutions, même au niveau le plus local, disposaient souvent d’un imprimeur attitré afin d’assurer une bonne communication des lois promulguées[21]. Les Provinces-Unies du 17e siècle ont, en quelque sorte, inventé le métier d’imprimeur-fonctionnaire auprès d’autorités politiques ! On y imprimait dix fois plus qu’en France, Espagne ou les cités-états italiennes et cinq fois plus que dans le Saint Empire[22]. En effet, ces imprimeurs-fonctionnaires étaient chargés de mettre sous presses toutes les décisions promulguées par l’autorité qui les employait, participant ainsi à « vendre » l’idéal politique désiré par les autorités[23].

Un Philippe II particulièrement mal barré…face aux imprimés

Une remarque supplémentaire doit être émise. Ce ne sont pas les autorités qui ont, les premières, eu l’idée d’imprimer les décisions qu’elles prenaient. L’initiative en revient visiblement à des imprimeurs ayant décelé les opportunités économiques que recelait l’impression d’actes juridiques ou de décisions officielles[24]. Les premiers actes officiels imprimés étaient généralement des documents d’utilité quotidienne comme des tableaux d’évaluation monétaire ainsi que des listes de prix. L’extension du domaine de l’imprimé officiel s’est rapidement opéré durant la première moitié du 16e siècle où les autorités politiques ont eu à cœur d’encadrer les pratiques de ce nouveau secteur. Un peu partout en Europe, on voit des imprimeurs obtenir des privilèges pour l’impression des lois promulguées. Les immunités acquises par certains leur permettent de constituer de véritables monopoles en matière d’impression des lois. La situation est particulièrement vraie dans les anciens Pays-Bas habsbourgeois où deux familles – les Velpius et les Verdussen – se partagent l’impression des lois princières des années 1590 jusqu’à la fin du 17e siècle. En France, par exemple, le pouvoir royal avait créé au 17e siècle une imprimerie nationale mais qui, paradoxalement, ne disposait pas du monopole exclusif dans l’impression des lois[25].

Les autorités politiques sont devenues, au fil du temps, de grandes consommatrices d’actes imprimés. Que ce soit en Angleterre, dans la Monarchie espagnole ou aux Provinces-Unies, l’impression de lois en vue de soutenir l’effort de communication des décisions prises était une réalité prégnante. Certes, l’intensité du recours à l’imprimé n’a pas été la même dans tous les espaces européens. On décèle néanmoins que les souverains, princes, membres de conseils centraux ou provinciaux voire des autorités communales avaient intégré l’imprimé dans leur arsenal de communication. S’il est très délicat de présenter des chiffres précis concernant le nombre d’actes qui étaient imprimés, les comptabilités d’institutions peuvent nous aider à avoir une idée moins vague du phénomène. Dans les Pays-Bas habsbourgeois, l’imprimeur Servaes van Sassen a imprimé 12,000 exemplaires de l’ordonnance de Charles Quint du 29 avril 1550 visant à combattre l’expansion de la pensée luthérienne. Sans nul doute, on est ici face à un exemple qui sort de l’ordinaire qui témoigne de l’importance d’une telle matière aux yeux des autorités ! L’imprimeur de Louvain a imprimé encore 12,000 exemplaires du catalogue répertoriant les livres interdits car jugés hétérodoxes[26]. Dans l’Angleterre des Stuart, une décision d’importance nationale était imprimée à 1,000-1,800 exemplaires dont 400 étaient dévolus à la seule ville de Londres[27]. À titre de comparaison, ces chiffres sont comparables à ceux que l’on rencontre à Anvers à la fin du 16e siècle où les illustres Moretus-Plantin disposaient du privilège d’imprimer les décisions communales (gheboden) [28].

Des changements pas toujours si minuscules que ça…

Il est important de préciser que l’imprimerie n’avait pas rendu obsolètes les actes princiers manuscrits sur parchemin. Durant la première moitié du 16e siècle, il s’est rapidement mis en place une situation hybride où les versions imprimées d’un acte officiel cohabitaient avec celle manuscrite. Cette situation a notamment permis le dédoublement des supports favorisant la dissémination de décisions législatives. On remarque toutefois qu’au début du 16e siècle, nombre d’actes imprimés continuaient de porter les traces des pratiques multiséculaires en matière de rédaction d’actes officiels. En France, un court moment à la fin des années 1520 est même propice à l’expérimentation d’actes royaux originaux imprimés[29]. Les changements matériels et symboliques qu’impliquaient le recours à l’imprimé ont dû être particulièrement déstabilisants pour les acteurs de l’époque. Les hésitations et tâtonnements sont d’ailleurs flagrants au sein de la chancellerie royale française au début du 16e siècle où certaines lois sont imprimées sur parchemin et non sur papier[30]. L’adaptation des autorités politiques aux réalités matérielles des actes imprimés a donc pris du temps.

L’impression des lois pouvait s’effectuer selon deux formats très différents. Ceux-ci témoignaient de la diversité des utilisations que les acteurs de l’époque pouvaient avoir de ce type de documents. Nombreuses étaient les lois à être imprimées sous la forme de livrets reliés. Juristes, membres de conseils centraux, provinciaux ou d’institutions communales mais aussi marchands devaient particulièrement apprécier ce format. Faciles à manier et à transporter, ce format a connu beaucoup de succès. En outre, cette situation participait à la dissémination de la législation au sein d’une partie de la population. L’autre format par lequel étaient diffusée la législation était celui de feuilles volantes (broadsheet) dont les dimensions les plus courantes étaient d’environ 30 cm x 40 cm[31]. Ceci n’est en rien définitif toutefois puisque des actes de dimensions bien plus impressionnantes (>1 mètre de long) peuvent se rencontrer dans les archives. Tout aussi importantes que le premier format, les broadsheet étaient imprimées en grande quantité afin d’être affichées en une multiplicité de lieux stratégiques des villes : portes des villes ou des églises, carrefours, halles ou encore bâtiments municipaux[32]. On en trouve d’ailleurs les traces dans divers tableaux du Néerlandais Gerrit Berckheyde (1638-1698) ou du Vénitien Canaletto (1697-1768).  L’impression de lois sur feuilles volantes incarnait la manifestation éclatante des velléités d’autorités politiques souhaitant communiquer le plus largement possible les décisions qu’elles prenaient. Ces feuilles volantes pouvaient être affichées par une personne payée à cet effet comme dans certaines villes des Provinces-Unies où un afficheur des placards (stadsaanplakker) existait dès le début du 17e siècle[33]. Les autorités communales de la ville de Bruxelles, capitale politique des Pays-Bas habsbourgeois, ne semblent pas avoir disposer de pareil fonctionnaire urbain avant le 18e siècle[34] !

L’affichage des lois représentait un moment important du processus de communication des dispositions législatives. Couplé à l’annonce orale des mesures promulguées, l’affichage permettait d’affirmer et de rendre visibles, dans l’espace urbain, les décisions prises par les autorités. Il n’est donc pas étonnant d’observer que la mise en page de tels documents faisait l’objet d’attention particulière afin d’y insérer les référents visuels et symboliques nécessaires pour garantir l’autorité du texte (ex/armoiries du prince ou de la ville qui avait pris les décision, par exemple)[35]. Ces actes étaient aussi ce que les historiens des pratiques de l’écrit appellent des écritures exposées. L’exposition des mesures promulguées par le biais d’un acte imprimé garantissait également la légitimité et le pouvoir de l’autorité légiférante à l’échelle de sa juridiction. La fonction instrumentale de ces actes imprimés – communiquer les décisions législatives – était complétée par une autre, de nature davantage propagandiste[36]. Enfin, cette exposition des lois aux yeux de tous signifiait également une triple réception : l’écoute pendant la lecture publique effectuée par une personne habilitée, l’affichage du texte en divers endroits fréquentés et, enfin, une lecture plus attentive une fois l’affichage réalisé[37]. Une ré-appropriation des textes était donc effectuée par une certaine frange de la population[38]. De nombreux tableaux – notamment plusieurs attribués à Jacob van Meurs – mettent en évidence que des tableaux étaient placés sur les murs de bâtiments officiels afin d’accueillir des documents imprimés. Dans certains cas, on peut même y voir des individus en train de lire le contenu de ces actes.

Enfin, il ne faut pas non plus oublier que l’espace public était un lieu de tensions et de compétition pour l’attention du plus grand nombre. Si les autorités politiques ont tâché d’obtenir le monopole de la communication légitime, elles étaient aussi exposées à des dissidences et contestations. La multiplication de pamphlets et posters imprimés de nature propagandiste en temps de crise était un caractère récurrent dans les mouvements de contestations. Les Habsbourg d’Espagne en ont fait largement les frais à partir des années 1560 lorsqu’éclate la révolte des Pays-Bas[39]. Cette remarque permet de mettre en évidence que l’espace urbain était un lieu de confrontation textuelle[40]. L’affichage et l’arrachage d’actes législatifs revêtaient ainsi une portée politique et symbolique puissante puisque ces actions remettaient directement en cause la souveraineté et la légalité des décisions prises[41]. Certains condamnés n’hésitaient pas non plus à utiliser comme argument de défense que les méfaits pour lesquels ils étaient poursuivis n’avaient fait l’objet d’aucun affichage et d’aucune publication orale[42].

Pas toujours le genre de réaction que les autorités recevaient après une proclamation


Notes

[1] Hobbes Th., Leviathan or the Matter, Forme and Power of a Commonwealth Ecclasiasticall and Civil, éd. R. Tuck, Cambridge, 1991, p. 187-188.

[2] Pettegree A. et Der Weduwen A., Bookshop of the World: making and trading books in the dutch golden age, New Haven, 2019; Adam Renaud, « The Profession of Printer in the Southern Netherlands before the Reformation. Considerations on Professional, Religious and State Legislations », dans, Soen V., François W. et Vanysacker D. (ed.), Church, Censorship and Reform in the Early Modern Habsburg Netherlands, Turnhout, 2017, p. 13‑25 ; Adam Renaud, « Living and Printing in Antwerp in the Late Fifteenth and Early Sixteenth Centuries: a Social Enquiry », dans Van Bruaene A.-L. et Kavaler E. M. (ed), Netherlandish Culture of the Sixteenth Century. Urban Perspectives, Turnhout, 2017, p. 83‑98 ; Castillo Gómez A. (ed), Culturas del escrito en el mundo occidental. Del renacimiento a la contemporaneidad, Madrid, 2015; Pettegree A., The Book in the Renaissance, Londres, 2010; Chartier R., « Languages, Books, and Reading from the Printed Word to the Digital Text », Critical Inquiry, vol. 31, no 1, 2004, p. 133‑152; Id., « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 56 (2001), p. 783‑802; Bouza Alvarez F., « Monarchie en lettres d’imprimerie. Typographie et propagande au temps de Philippe II », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 41 (1994), p. 206‑220.

[3] Cauchies J.-M., « Le “cri” public et l’espace urbain : bretèches et publication dans les villes des anciens Pays-Bas », Revue belge de philologie et d’histoire, 89 (2011), p. 167‑189; Doig J., « Political Propaganda and Royal Proclamation in Late Medieval England », Historical Research, 71 (1998), p. 253‑280.

[4] De Vivo F., Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, Oxford, 2007, p. 127.

[5] Milner Stephen J., « “Fanno bandire, notificare, et expressamente comandare”: Town Criers and the Information Economy of Renaissance Florence », I Tatti Studies in the Italian Renaissance, 16 (2013), p. 107‑151; Offenstadt N. et Lett D. (ed.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003; Doig J., « Political Propaganda and Royal Proclamation in Late Medieval England », Historical Research, 71 (1998), p. 257.

[6] Fogel M., Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1989.

[7] Lesaffer Randall (ed.), The Twelve Years Truce (1609). Peace, Truce, War and Law in the Low Countries at the Turn of the 17th Century, Leiden, 2014.

[8] Castillo Gómez A., « Writings on the Streets: Ephemeral Texts and Public Space in the Early Modern Hispanic World », dans, Lyons M. et Marquilhas R. (ed), Approaches to the History of Written Culture, Cham, 2017, p. 76.

[9]Adam R., Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique, Bruxelles, 2020, p. 25‑26; Kyle Chris, « Monarch and Marketplace : Proclamations as News in Early Modern England », dans Huntington Library Quarterly, 78 (2013), p. 781; De Vivo F., Information and Communication in Venice…, op. cit., p. 128.

[10] La ville de Nivelles dans le sud du duché de Brabant (Pays-Bas habsbourgeois) n’a jamais eu d’imprimeur installé intra muras mais les autorités communales recevaient les textes imprimés par les autorités centrales à Bruxelles. Jusqu’à la fin du 17e siècle, cette ville modeste des Pays-Bas a continué de payer un crieur public pour annoncer les textes importants à la population. Cf. Archives de l’État à Louvain-la-Neuve, Ville de Nivelles, n. 462-548 (1599-1702).

[11] Arthur Der Weduwen a relevé que les publications orales d’actes étaient effectuées à 58 endroits différents au sein de la ville de Leiden durant le 17e siècle. Voir Der Weduwen A.,”Proclaiming and Affixing the Law in the Dutch Golden Age”, à paraître dans la revue History (dossier spécial Law and Order. The role of the institutions in creating the legislation in the Low Countries (1500 – 1700s)).

[12] Adam Renaud, Le théâtre de la censure…, op. cit., p. 30.

[13] Cauchies J.-M., “Le cri “public” et l’espace urbain…”, art. cit., p. 170-171.

[14] De Vivo F., Information and Communication in Venice…, op. cit., p. 131‑132.

[15] Mingous G.,“Selon les nouvelles que vous nous ferez savoir” : Information et pouvoir à Lyon au tournant des guerres de Religion : (Vers 1552- vers 1576) (Université Lyon II, 2019), en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02475827/ (consulté : 7 November 2020)

[16] Adam R. Le théâtre de la censure…, op. cit., Bruxelles, 2020.

[17] Harvey D., The Law Emprynted and Englysshed. The Printing Press as an Agent of Change in Law and Legal Culture 1475–1642, Oxford – Portland, 2015; Peacy J., Print and Public Politics in the English Revolution, Cambridge, 2013, p. 267‑331.

[18] Darby J. (ed.), The Origins and Development of the Dutch Revolt, Londres, 2001; Geurts P.A.M, De Nederlandse Opstand in de pamfletten 1566-1584, Nimègue, 1956; Harline C. E., Pamphlets, Printing, and Political Culture in the Early Dutch Republic, Dordrecht, 1987.

[19] Duke A., « Posters, Pamphlets and Prints: The Ways and Means of Disseminating Dissident Opinions on the Eve of the Dutch Revolt », dans Dutch Crossing, 27 (2003), p. 23‑44; Id., « Dissident Propaganda and Political Organization at the Outbreak of the Revolt of the Netherlands », dans, Benedict Ph. et al. (ed), Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands, 1555-1585, Amsterdam, 1999, p. 115‑132; Pettegree A. et Der Weduwen A., « Forms, Handbills and Affixed Posters: Surveying the Ephemeral Print Production of the Seventeenth-Century Dutch Republic », dans Quaerendo, 50 (2020), p. 15‑40. De nombreuses publications existent déjà sur cette matière dans les historiographies ibérique et italienne. Voir en dernier lieu le dossier “Efímeros y menudencias en España e Italia durante la Edad Moderna” dans La Bibliofilía. Rivista di storia del libro e di bibliografia (2019, vol. 121/2).

[20] Stensland M., Habsburg Communication in the Dutch Revolt, Amsterdam, 2012.

[21] Pettegree A. & Der Weduwen A., The Bookshop of the World…, op. cit., p. 199-200.

[22] Ibid., p. 14.

[23] Der Weduwen A., Selling the republican ideal : state communication in the Dutch Golden Age (Université de St Andrews, 2018, thèse de doctorat inédite en histoire)

[24] Adam R., « Printing for Central Authorities in the Early Modern Low Countries (15th-17th C.) », dans, Lamal Nina et Helmers Helmer (ed.), Leiden, Brill, 2021 (sous presse); Prévost X., Les premières lois imprimées. Étude des actes royaux imprimés de Charles VIII à Henri II (1483-1559), Paris, 2018; Harvey D., The Law Emprynted and Englysshed. The Printing Press as an Agent of Change in Law and Legal Culture 1475–1642, op. cit. ; Afonso S., « L’imprimé officiel : enjeu et objet de rivalités entre imprimeurs dans les villes du sud des Pays-Bas méridionaux au XVIIe siècle », dans Adam R. et al. (ed.), Urban Networks and the Printing Trade in Early Modern Europe (15th-18th century), Londres, 2010, p. 53‑76.

[25] Prévost Xavier, Les premières lois imprimées..., op. cit., 97.

[26] Roobaert E., « Centrale en gewestelijke besturen en hun aankopen en bestellingen bij boekhandelaars en –drukkers (16de eeuw) », Archives et Bibliothèques de Belgique, 76 (2005), p. 10.

[27] Kyle Chris, « Monarch and Marketplace : Proclamations as News in Early Modern England », art. cit., p. 776.

[28] En mai 1590, Jan Moretus (I), beau-fils de Christophe Plantin, imprime 300 exemplaires d’un édit communal (ghebod) sur la milice urbaine anversoise. Cf. Imhof Dirk, Jan Moretus and the Continuation of the Plantin Press, Leiden-Boston, 2014, t. 2, p. 746, p. 768.

[29] Castro Rojas Isabel, « A viva voz y en papel. Formas y espacios de publicación de las disposiciones oficiales en el Madrid de los Austrias », La Bibliofilía, 121 (2019), p. 263‑265.

[30] Prévost X., Les premières lois imprimées…, op. cit., p. 83.

[31] Der Weduwen Arthur, « “Everyone has hereby been warned”. The Structure and Typography of Broadsheet Ordinances and the Communication of Governance in the Early Seventeenth-Century Dutch Republic », dans, Pettegree A. (ed), Broadsheets. Single-Sheet Publishing in the First Age of Print, Leiden, 2017, p. 240‑267.

[32] Kyle Ch., « Monarch and Marketplace : Proclamations as News in Early Modern England », art. cit., p. 785; De Vivo F., Information and Communication in Venice…, op. cit., p. 130.

[33] Pettegree A. & Der Weduwen A., The Bookshop of the World…op. cit., p. 206.

[34] Archives de la ville de Bruxelles, Archives historiques, n°578.

[35] Castillo Gómez A., « Writings on the Streets », art. cit., p. 79‑81.

[36] Castro Rojas I., « A viva voz y en papel. Formas y espacios de publicación de las disposiciones oficiales en el Madrid de los Austrias », art. cit., p. 262; Id., « Ordenar el universo de los signos. Bandos, pregones y espacio urbano en España y América durante la Edad Moderna », LaborHistórico, 2 (2016), p. 16‑29.

[37] Castillo Gómez A., « Writings on the Streets », art. cit.

[38] Kyle Ch., « Monarch and Marketplace : Proclamations as News in Early Modern England », art. cit., p. 784.

[39] Schulze Schneider I., La leyenda negra de España. Propaganda en la guerra de Flandes (1566-1584), Madrid, 2008.

[40] Béroujon A., « Les murs disputés. Les enjeux des écritures exposées à Lyon à l’époque moderne », dans A. Castillo Gómez (ed.), Culturas del escrito en el mundo occidental, Madrid, 2015, p. 33-44 ; Castillo Gómez, Writings on the Streets, p. 83.

[41] Dubois S., « La publication des ordonnances dans les Pays-Bas autrichiens. Souveraineté, légalité, publicité », dans, Bousmar E., Desmette Ph. et Simon N. (ed.), Légiférer, gouverner et juger. Mélanges d’histoire du droit et des institutions (IXe-XXe siècle) offerts à Jean-Marie Cauchies à l’occasion de ses 65 ans, Bruxelles, 2016, p. 397‑411; De Vivo F., Information and Communication in Venice…, op. cit., p. 132‑133.

[42] Kyle Ch., « Monarch and Marketplace : Proclamations as News in Early Modern England », art. cit., p. 785.

Crédits image mise en avant : Photo par Ricardo Gomez Angel sur Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search