Oyez, oyez, confiné·e·s ! La résurgence du cri public par temps de pandémie

Cite this article as: Nicolas Simon, "Oyez, oyez, confiné·e·s ! La résurgence du cri public par temps de pandémie," in LegalHist, 16/12/2020, https://legalhist.hypotheses.org/1389.

On ne compte plus les billets, articles et reportages qui nous montrent à quel point la pandémie du SARS-COV-2 est révélatrice de fractures sociales et d’inégalités économiques. La situation de confinement que l’on connait de manière presque ininterrompue depuis mars 2020 a également provoqué le retour de pratiques que l’on croyait peut-être vouées à végéter dans les oubliettes de l’Histoire. Dans un billet récent, je soulignais l’importance retrouvée de l’imprimé pour communiquer des décisions politiques (communication officielle d’autorités politiques) ou tout simplement son mécontentement face à la gestion de la pandémie (groupes citoyens). Cette semaine, j’aimerais aborder un autre effet induit par la situation que nous vivons : le retour des crieurs publics dans l’espace urbain. Alors, on va tout de suite se mettre d’accord : pas question ici de dire que le cri public aurait effectué un retour fracassant dans le dispositif communicationnel en ces temps de pandémie. Non. Il s’agira plutôt de souligner que l’on a assisté à des activités de cri public durant le confinement printanier de 2020 qui mobilisaient des dispositifs sonores et visuels bien connus des historien·ne·s.

Cri public et parole officielle

De nombreuses études ont abordé la pratique du cri public dans le cadre de la communication de messages officiels durant les périodes médiévale et moderne. Seul moyen à disposition des autorités désireuses de disséminer des décisions législatives ou judiciaires – avant l’arrivée de l’imprimé -, le cri public constituait un moment – plus ou moins long –  où s’exprimait la parole officielle à travers la bouche d’un individu. Le crieur public n’était rien d’autre que l’intermédiaire entre gouvernants et gouvernés chargé de rendre la décision politique officielle afin que “nul ne puisse pretendre ignorance”, comme le stipulaient nombre d’actes législatifs médiévaux et modernes. Les crieurs ne proclamaient toutefois pas que les décisions de nature législative. Comme de nombreuses recherches l’ont montré, ce sont tout aussi bien des décisions judiciaires que la conclusion de traités ou la levée de troupes en vue d’une guerre qui passaient par les cordes vocales des crieurs.

Le cri public et officiel ne s’effectuait, a priori, pas au débotté. De même, ce moment mobilisait l’univers sensible, plus particulièrement l’ouïe. Le cri était précédé d’un son annonçant qu’une communication allait avoir lieu. Un trompette ou des tambours étaient généralement les instruments utilisés pour attirer l’attention du public. À Florence, les crieurs étaient obligatoirement positionné sur un cheval afin d’être surélevé. Dans les anciens Pays-Bas, nombres d’édifices publics disposaient d’avancées assimilables à des balcons, les bretèches (mot dans sa version picarde), où crieur et membres des autorités politiques procédaient à la lecture des actes tout en surplombant la foule. Dans certaines villes comme Leiden (Provinces-Unies) ou Florence, les crieurs pouvaient – voire devaient – s’arrêter en plusieurs dizaines d’endroits (entre 40 et 60 lieux) afin de procéder à la publication d’un seul acte. Il n’est pas toujours évident de déterminer comme à Leiden ou Florence, quels étaient les lieux propices à une bonne publication. Dans nombre d’actes, il est fait mention de “lieux accoustumés”. Il faut alors s’appuyer sur les mentions dorsales ou rapports de messages et/ou des crieurs pour avoir une idée plus précise des parcours effectués. Assurément, les porches des églises constituaient des endroits prisés. À tel point d’ailleurs qu’à Southampton (Angleterre), le porche de l’église est connu, au 16e siècle, comme la “proclamation house” !

L’arrivée de l’imprimé et sa mobilisation par les autorités politiques pour la diffusion de leurs décisions n’a pas rendu le cri public obsolète. Certes, on voit apparaître des afficheurs d’ordonnances comme dans certaines villes des Provinces-Unies, mais cela n’empêche pas la continuité de publication par voie orale. Au 18e siècle, les ordonnances imprimées qui arrivent dans la ville de Nivelles (anciens Pays-Bas, duché de Brabant) contiennent ainsi la mention “publié et affiché” et qui témoigne de l’évolution qu’a connue le processus de publication  au cours des deux siècles précédents.

De nos jours, la fonction de crieur public n’existe plus sinon selon des modalités plutôt folkloriques comme lors de cette compétition du meilleur town crier en Angleterre.

“Faire vivre l’espace public”

La pandémie du SAR-COV-2 a néanmoins remis le cri public sur le devant de la scène ! Le phénomène semble avoir pris de l’ampleur en France et singulièrement à Bordeaux. En Belgique, des crieuses publiques ont vu le jour dans la région de Gembloux (province de Namur). Peut-on toutefois comparer ces expériences aux dispositifs communicationnels de l’époque moderne ? Décèle-t-on aussi un rôle d’intermédiaire politique entre gouvernants et gouvernés ? Non. Nous ne sommes pas face à la résurgence d’une pratique ancestrale réutilisée par les pouvoirs politiques pour communiquer adéquatement et au plus près des citoyens les mesures prises pour lutter contre la pandémie. Les crieurs et crieuses publiques du printemps 2020 – parce que, oui, ces pratiques sont apparues en même temps que les premiers bourgeons – ont leurs spécificités qui les dissocient largement de leurs “prédécesseurs”.

Sur la chaîne d’info en continu belge, Les News 24, Christelle Delbrouck était interviewée le 12 mai dernier pour présenter son activité de crieuse publique. Christelle Delbrouck est comédienne (tiens tiens, n’y aurait-il pas quelques similitudes avec les crieurs florentins de la Renaissance ??) forcée de chômer. En trois jours, tous ses contrats ont été annulés en raison de la pandémie et du confinement y afférent. Ses compétences de comédienne spécialiste de l’improvisation – Christelle Delbrouck a gagné de nombreuses récompenses liées à l’improvisation théâtrale – s’est alors (re)convertie en crieuse publique. Gratuitement, elle a commencé à délivrer les messages que des individus lui demandaient de transmettre : poèmes, chansons, messages privés pour des êtres chers. Les demandes sont nombreuses et celles-ci ont même redoublé quand la week-end de la fête des mères est arrivé. Ce que Christelle Delbrouck indique concernant son modus operandi nous renvoie, une fois de plus, à des dispositifs bien connus des historien·ne·s :

Je commence toujours par un petit rituel. Je commence toujours avec la prénom de la personne et puis je dis “Quelqu’un vous aime et a tenu à vous le faire savoir”.

Un “petit rituel” est donc de mise pour commencer chaque cri de la même façon. Point de trompette ni de tambour pour s’annoncer. En revanche, Christelle Delbrouck propose de recourir au porte-voix si le besoin s’en faisait sentir au lieu-dit où le cri doit avoir lieu. Armée de sa voix et des messages à crier, Christelle Delbrouck a arpenté sa ville pour porter haut et fort des mots que les restrictions gouvernementales ne permettent pas de délivrer en personne entre membres d’une même famille. Notre crieuse publique souligne qu’elle improvise très peu afin de rester au plus près du texte qu’on lui a envoyé. Elle tâche également de rendre son message le plus audible possible en mobilisant ses compétences de diction. Comme dans la Florence du 14e siècle, pouvoir travailler avec sa voix tout en ne la mettant pas en péril est essentiel.

Annonce publiée sur la page Facebook de Christelle Delbrouck (01/05/2020)

Le cas des crieurs publics de Bordeaux a, quant à lui, attiré la presse hexagonale. En Gironde, l’organisation de ces cris publics a été soutenue et centralisée par la mairie. Une adresse mail unique permettait à quiconque d’envoyer son message qui était alors réceptionné par un collectif de comédien·ne·s. Le service “Culture” de Bordeaux était à la manoeuvre en tâchant, par cette initiative, de “faire revivre la culture” intra muros. Plusieurs crieurs aux styles différents ont ainsi essaimé dans Bordeaux. On a ainsi pu voir Olivier Villanove de “L’agence de géographie affective” prendre en charge l’organisation de “cris publics” façonnés par des chansons, des mises en situation et des dialogues inventés. L’approche résolument artistique de ces crieurs-cyclistes (oui oui, ils arrivent à vélo et sont habillés tel Poupou poursuivant le Cannibale) est quelque peu différente de celle adoptée par Sébastien Genebès, comédien reconverti en crieur public. On peut voir ce dernier héler les habitants d’immeubles en reprenant à son compte des formules bien connues des médiévistes (avec l’humour de confinement en prime) :“oyez, oyez, confinés et confinettes !”. Conscient de son rôle, Sébastien Genebès souligne que le cri qu’il prononce est un “moyen de faire vivre l’espace public” rendu atone par le confinement. Les images des crieurs bordelais permettent de voir que les personnes résidant dans les immeubles devant lesquels ils se plaçaient répondaient présents, étaient à leur fenêtre ou sur leur balcon et “participaient” au moment offert en partage. Comme on a pu le remarquer pour la période moderne, les publications effectuées par les crieurs sont à la fois l’occasion de communiquer des nouvelles ET constituent des nouvelles en soi, à savoir un sujet de conversation en tant que tel.

Et les Dijonnais ne sont pas en reste non plus…

En faisant le choix de redonner vie à une activité multiséculaire, ces crieurs publics du SARS-COV-2 reproduisent des dispositifs communicationnels calqués sur des pratiques éculées : annonce sonore avant d’entamer le cri, attention accordée à la diction et au rythme du cri ou recours à des outils (trompette) ou dispositifs (boîte pour apparaître surélevé) déjà présents dans l’arsenal des crieurs publics du moyen âge et de l’époque moderne. De même, ces crieurs improvisés sont tous comédiens, soit des professionnels de la parole énoncée. Évidemment, le déroulement, les objectifs ou les technologies utilisées sont aux antipodes de ce que l’on rencontre aux périodes médiévale et moderne. Il n’en reste pas moins troublant que si les whatsapéros et autres “cafés TEAMS” sont un palliatifs à l’éloignement géographique, ceux-ci ne remplacent aucunement l’expérience de proximité que procurent, pendant quelques minutes, les crieurs publics par temps de pandémie.

Orientations bibliographiques

Cauchies J.-M., “Le “cri” public et l’espace urbain : bretèches et publication dans les villes des anciens Pays-Bas”, Revue belge de philologie et d’histoire, 89 (2011), p. 167‑189.

Der Weduwen A., Selling the republican ideal : state communication in the Dutch Golden Age (Université de St Andrews, 2018, thèse de doctorat inédite en histoire).

De Vivo F., Information and Communication in Venice. Rethinking Early Modern Politics, Oxford, 2007.

Hermant H., “Clameurs et justice. Les cris, la plume et le feu dans la révolte des Barretines (1687-1690)”, Histoire, économie et société, 38 (2019), p. 83-100.

Kyle Ch., “Monarch and Marketplace : Proclamations as News in Early Modern England”, Huntington Library Quarterly, 78 (2015), p. 771-787.

Lett D. & Offenstadt N. (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

Milner S., ““Fanno bandire, notificare, et expressamente comandare”: Town Criers and the Information Economy of Renaissance Florence”, I Tatti Studies in the Italian Renaissance, 16 (2013), p. 107-151.

Novàk V., “L’espace du cri à Paris au XIVe-XVIe siècles : recherches sur les “lieux accoutumé””, Revue historique, n°696 (2020), p. 61-86.

Crédit photographique (image de bandeau) : Patrick Fore sur Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search