L’état de la recherche en Wallonie et Fédération Wallonie-Bruxelles

Cite this article as: Nicolas Simon, "L’état de la recherche en Wallonie et Fédération Wallonie-Bruxelles," in LegalHist, 16/05/2021, https://legalhist.hypotheses.org/1444.

Contexte

Tous les deux ans, le Pôle Politique scientifique du Conseil économique et social de Wallonie (cité après « PPS ») est chargé d’évaluer la politique scientifique de la Belgique francophone (région wallonne & Fédération Wallonie-Bruxelles). Le PPS est un organe consultatif dont la principale mission est de formuler des avis, soit d’initiative soit à la demande du Gouvernement wallon, concernant les matières relatives à la politique scientifique, la recherche et l’innovation. L’une des missions du PPS est également de proposer les mesures à implémenter afin d’articuler les activités de recherche scientifique et technologique avec les défis sociétaux flagshipés par les exécutifs concernés, tant au niveau économique, social et environnemental.

En décembre 2020, le PPS a livré son rapport bisannuel d’évaluation de la recherche et innovation en Wallonie et Fédération Wallonie-Bruxelles couvrant les années 2018 et 2019. Dans ce billet, je reprendrai principalement les 7 recommandations du rapport. Seule la première partie du rapport sera donc abordée ; un prochain billet abordera plus en détail les différents indicateurs et enseignements du rapport produit par le PPS.

Ressources humaines et emplois

La Wallonie présente « une situation contrastée concernant le niveau de formation de sa population ». Le pourcentage de la population ayant suivi des études supérieures ou universitaires progresse, mais connait un ralentissement depuis 2017.

Le pourcentage de nouveaux diplômés en STEM continue d’être très bas : 14.15% des diplômés en 2017 pour 16.7% en Belgique (moyenne EU28 : 25.8%). Le nombre des diplômés en STEM a d’ailleurs baissé depuis le dernier rapport du PPS. Ceci explique la volonté de la Ministre Valérie Glatigny de focaliser son attention sur ces secteurs en particulier afin d’encourager les inscriptions dans ces filières (cf. recommandation 4 du PPS, infra).

La Belgique francophone performe mal en matière de formation continue/tout au long de la vie. Le pourcentage wallon est l’un des plus bas au niveau européen. Le PPS met en avant le chiffre de 6.6% pour la Wallonie contre le taux belge national à 8.2% (moyenne EU28 : 11.3%).

Si l’on se penche sur les dépenses de R&D et d’innovation, le PPS souligne que les dépenses des entreprises restent bien plus importantes que celles du secteur public. Au sein des entreprises qui investissent dans la R&D et l’innovation, un effet de taille est à observer. Sans surprise ce sont les plus grosses entreprises qui investissent le plus; elles sont suivies par les moyennes et petites entreprises. Le secteur de la High Tech constitue celui qui débourse le plus en raison de la haute valeur ajoutée des produits et activités qu’il accueille.

Les collaborations avec les universités et les hautes écoles en matière de R&D et innovation ne sont mentionnées que par 11% des entreprises impliquées dans des activités d’innovation de produit et/ou de procédé. Les grandes entreprises se payent la part du lion (40%) suivies par les moyennes (19%) et les petites (7%).

Forces et faiblesses du système wallon de Recherche & Innovation

Le PPS dresse un constat que d’aucuns pourraient considérer comme positif dans les grandes lignes.

Les lignes de forces de l’écosystème de Recherche et Innovation en Belgique francophone sont les suivantes :

  • niveau élevé de la population disposant d’un diplôme de l’enseignement supérieur
  • forte intensité de la Recherche
  • bon financement de la Recherche par les entreprises avec comme conséquence une qualité de recherche reconnue
  • fort taux d’innovation dans les grandes entreprises
  • fort taux de la haute technologie (audiovisuel, TIC) dans l’emploi

Une telle liste permet déjà de déceler ce que peuvent être les faiblesses :

  • diminution du nombre de diplômés dans les STEM (14.15% en FWB pour 25.8% pour l’UE28)
  • insuffisance de la Recherche et Innovation dans les secteurs traditionnels, c’est-à-dire hors des secteurs de haute technologie
  • faible taux de collaboration entre les universités/hautes écoles et les petites entreprises

La situation actuelle en Belgique francophone permet de voir que l’intensité de la Recherche et Innovation a progressé pour atteindre 2.64% du PIB et se rapproche de l’objectif européen des 3% du PIB. Toutefois, la disparité reste énorme entre la captation des moyens par les grandes entreprises rapportée au nombre croissant de petites entreprises technologiques.

La diminution du nombre de diplômés dans les filières des STEM a poussé le gouvernement de la FWB à créer un centre de références STEM « dont la mission sera de proposer à l’ensemble des gouvernements concernés une stratégie globale sur dix ans avec une forte dimension ‘genre’ » (rapport PPS, p. 16). Ce centre sera conseillé lui-même par une task force au sein de laquelle siégeront des « acteurs actifs dans les STEM » (rapport PPS, p. 16).

Préparer l’avenir

Le PPS formule 7 recommandations aux gouvernements wallon et de la FWB en vue de continuer à soutenir le développement de la Recherche et de l’Innovation en Belgique francophone. Ces recommandations s’inscrivent dans une stratégie voulue comme globale à l’aune des répercussions de la pandémie du SARS-COV-2 sur les activités de Recherche et Innovation.

Des actions doivent être prises sans délais pour inciter tant les entreprises que les universités, les hautes écoles et les centres de recherche à réenclencher une dynamique, à renouer des partenariats et à réinvestir dans des projets de recherche 

Rapport du PPS, p. 17

L’objectif du PPS avec ces recommandations est de proposer des voies de développement pour améliorer le déploiement d’activités de Recherche et Innovation en Belgique francophone tout en permettant un « allègement de toutes les procédures administratives afin de permettre une communication fluide et rapide entre tous les acteurs » (rapport PPS, p. 18).

Recommandation 1 : Pérenniser les moyens publics dédicacés à la RDI

Le risque est grand que les dépenses publiques en matière de RDI passent au second plan dans un contexte globalisé de plans de relance post-pandémie. Le PPS rappelle qu’il est important de garder en ligne de mire l’objectif des 3% du PIB consacrés à la RDI dont 1% de moyens publics.

Il ne suffit pas de tenir l’objectif des 3% mais il convient aussi de mettre en place des dispositifs visibilisant ces moyens publics afin que tous les acteurs de la Recherche et de l’Innovation soient en mesure de planifier leurs actions en conséquence.

Recommandation 2 : Renforcer la participation wallonne aux programmes européens

L’attention toujours plus accrue par les acteurs de la RDI aux programmes européens se manifeste dans la seconde recommandation. Le PPS soutient que l’intégration dans des programmes européens « constitue un facteur important du renforcement du système régional » de RDI (p. 18). L’obtention de budgets européens permettrait non seulement l’intégration dans des réseaux internationaux, mais aussi l’accès à des connaissances accumulées au niveau international ainsi qu’un potentiel accès à de nouveaux financements (effet multiplicateur).

Au moment de la sortie du rapport du PPS, le programme-cadre Horizon Europe n’était pas encore finalisé et encore moins voté par les États membres. Depuis décembre 2020, le NCP Wallonie (gestion des piliers 2 et 3 d’Horizon Europe) et du FNRS (gestion du pilier 1 d’Horizon Europe) ont multiplié les webinaires d’information et de réseautage (brokerage events) répondant ainsi aux suggestions du PPS de développer et soutenir les activités de réseautage.

La participation aux programmes européens doit, selon le PPS, pouvoir également s’appuyer sur des dispositifs favorisant l’agilité et la réactivité des acteurs face aux appels lancés par la Commission européenne. On parle ici de mesures visant à identifiant rapidement les appels de même qu’à intégrer des consortia de recherche (ex/un consortium dans le cadre des projets du pilier 2 peut regrouper une dizaine de partenaires internationaux).

Recommandation 3 : Renforcer la valorisation de la recherche

Le PPS soutient l’idée d’un dispositif d’accompagnement des projets de recherche « tout au long de leur vie » c’est-à-dire depuis le montage du projet jusqu’à la phase de valorisation commerciale. Cette recommandation s’inscrit dans une logique de valorisation commerciale en vertu des compétences qui sont celles de la Région wallonne en matière de recherche, à savoir principalement des domaines de recherche opérationnelle et appliquée ; la recherche fondamentale est prioritairement du ressort de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Cette nécessité de renforcer la valorisation de la recherche s’explique, selon le PPS, par la grande difficulté des acteurs wallons à amener leur projet jusqu’à la phase de valorisation commerciale. Trop souvent, il faut constater que les soutiens possibles en matière d’accompagnement financier, technologique ou simplement financier sont peu connus des acteurs. C’est la raison pour laquelle, le PPS recommande une nouvelle fois d’améliorer « la lisibilité du système wallon de soutien à la RDI » qui reste très complexe.

Recommandation 4 : Encourager la participation aux filières STEM

Comme indiqué plus haut, le nombre de diplômés issus des filières STEM a diminué entre 2015 et 2017 passant de 16% à 14,1% du nombre total des diplômés en Fédération Wallonie-Bruxelles. Au niveau de la Belgique ce pourcentage s’élève à 16,7% contre 25,8% au niveau de l’UE28. Fort de son approche orientée vers la recherche opérationnelle et appliquée, le PPS recommande ainsi à la Wallonie de développer un plan stratégique cohérent pour renforcer l’attrait des STEM.

Les gouvernements wallon et de la FWB ont d’ailleurs inclus dans leur déclaration de politique générale (pacte de gouvernement) que le développement des filières STEM était l’une de leurs priorités. Le PPS rappelle que 4 piliers pourraient constituer le socle d’action :

  • réforme de l’enseignement des sciences, tant la formation initiale que continue, qui devrait permettre de développer un goût pour les sciences grâce au développement d’une démarche d’investigation et un lien plus évident avec la technologie
  • développer une approche genrée propre aux STEM où le public féminin est particulièrement sous-représenté
  • mettre en évidence la diversité des métiers possibles afin que le jeune public puisse disposer d’une idée plus claire des orientations possibles
  • favoriser une meilleure articulation entre le secondaire et l’universitaire afin d’encourager le passage vers les filières scientifiques et techniques

Un groupe de travail a remis à la Ministre Valérie Glatigny un rapport consacré à cette question dans lequel 5 actions concrètes sont recommandées :

  • développement d’un monitoring STEM
  • création d’un centre de références STEM
  • organisation d’une semaine d’actions STEM
  • développer une communication adaptée aux jeunes
  • promotion des formations en alternance dans le supérieur
Recommandation 5 : Poursuivre la dynamique d’évaluation entamée

Cette recommandation du PPS vise à mieux cibler les projets en Recherche et Innovation à soutenir. Le PPS soutient ni plus ni moins l’idée de développer une « culture de l’évaluation en Wallonie » en matière de Recherche et Innovation. Cette position s’explique, selon le PPS, par les contraintes budgétaires actuelles qui force à cibler les projets de la meilleure manière « afin qu’ils répondent aux besoins et de s’assurer qu’ils participent pleinement aux objectifs fixés par le Gouvernement wallon » (p. 20).

Cette recommandation manifeste pleinement la logique de recherche stratégique telle que soutenue par les instruments wallons de RDI. L’approche prônée vise à mettre en place des outils de monitoring tout au long des projets de recherche afin de déterminer si ceux-ci répondent bien aux défis socio-économiques identifiés par le Gouvernement wallon. Cette recommandation s’accommode toutefois mal des compétences dévolues au gouvernement de la FWB.

Recommandation 6 : Améliorer l’accès et la transparence en matière de statistiques et de données disponibles

Le PPS remarque une évolution inquiétante en matière d’accès aux données disponibles pour réaliser ses propres analyses des activités de Recherche et Innovation en Belgique francophone. Les gouvernements wallons et de la FWB sont explicitement pointés du doigts et rappelés à leur devoir de permettre l’accès aux données pour permettre les évaluations attendues du PPS.

Le manque de maintenance des outils à disposition du PPS ainsi que les évolutions constantes en matière d’évaluation des projets au niveau européen sont de nature à complexifier la tâche du PPS à court et moyen terme. En clair, si l’on veut construire une culture de l’évaluation en matière de RDI il faut pouvoir se doter des instruments permettant d’atteindre cet objectif.

Recommandation 7 : Investir dans la digitalisation pour un gain d’efficacité

Cette dernière recommandation très générique en appelle à une simplification des tâches administratives par la voie d’une digitalisation du suivi administratif des projets en RDI (« favoriser la fluidité et la rapidité des échanges », p. 21). 

On peut s’interroger sur l’articulation entre la recommandation 5 (culture de l’évaluation) et celle-ci dans la mesure où favoriser un monitoring longitudinal des projets (depuis le montage jusqu’à la valorisation commerciale) implique sans nul doute un nombre non négligeable d’actions de reporting.

Image de couverture : CHUTTERSNAP sur Unsplash


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search