Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ?

Avertissement : ce billet constitue une version remaniée et augmentée de mon intervention à la journée d’étude organisée le mardi 8 janvier 2019 à l’École nationale des chartes (Paris) à l’occasion des 10 ans de la plateforme Hypothèses.

« Ce qui est pénible quand on est connu, c’est le nombre
de gens qui ne vous connaissent pas » (André Gide)

Cette citation attribuée à André Gide peut, dans une certaine mesure, s’appliquer à Hypothèses. En 2019, il est parfois un peu pénible de constater qu’Hypothèses est la plus importante plateforme de blogging scientifique en termes de visites et d’observer, dans le même temps, que l’activité de carnetier/-ière est ignorée ou dénigrée par certain(e)s chercheurs/-euses. Il faut quand même reconnaître qu’en dix ans Hypothèses a très activement participé à faire bouger les lignes de démarcation entre pratiques canoniques de la recherche et comportements perçus comme étant à la marge. Hypothèses a pu produire – et continuera sans nul doute à le faire – une hybridation des pratiques dès lors qu’il est question d’écriture scientifique.

Dans les quelques lignes qui suivent, on retrouvera quelques réflexions liées à mon propre parcours de carnetier. Il me faut néanmoins être de bon compte et préciser immédiatement que cette aventure est surtout celle d’un duo. Mon expérience et le propos réflexif qui peut être le mien doit intégrer à la réflexion le fait qu’il s’agissait d’une idée que nous avons eux à deux, Quentin Verreycken et moi-même.

1. Le blogo-contexte

En 2014, j’ai ouvert, avec un collègue – Quentin Verreycken –, un carnet appelé « ParenThèses » et que nous envisagions comme un soutien à notre parcours doctoral. Le nom même de ce carnet constituait un jeu de mots évident. Le carnet était, d’abord, une sorte de parenthèse entre les différentes activités qui rythmaient notre vie de jeunes pousses de la recherche. Il s’agissait également de clairement montrer que l’on s’était embarqué pour ce Grand Voyage en direction du Royaume magique de la Thèse.

Deux bros en quête de blogging (allégorie)

En octobre 2018, j’ai ouvert un second carnet intitulé « LegalHist » et qui est, quant à lui, pensé comme un appui à mon projet post-doctoral mené à l’UCLouvain, en Belgique. Par ailleurs, il convient de préciser que tant Quentin que moi-même sommes des historiens et, plus particulièrement, historiens du droits et des institutions…sans pour autant être juristes. C’est la caractéristique belge. Cela explique également mieux le nom du blog que j’ai lancé il y a quelques mois.

Je m’étais apprêté à concocter une belle présentation bien réfléchie, réflexive à souhait et agréablement articulée. Et puis…et puis, j’ai eu la surprise de constater que ParenThèses avait eu les honneurs d’une analyse pointue par Ingrid Mayeur. Je ne peux que vous renvoyer à l’un de ses derniers articles, paru dans la revue « Argumentation et analyse du discours », ou à divers billets publiés sur son blog si vous souhaitez une analyse détaillée de nos pratiques de blogging. À tout le moins, c’est un sentiment étrange de voir ses pratiques disséquées, passées au crible de l’analyse du discours et des gestes scripturaux… et tout ceci dans le cadre d’une thèse de doctorat.

2. Une blogo-expérience

Tant Quentin que moi-même étions convaincus que le blogging pouvait conduire à plusieurs avantages. Ceux-ci sont de deux ordres. Premièrement, il s’agissait pour nous de se familiariser avec l’écriture en produisant (très) régulièrement du contenu sur ParenThèses. De façon complémentaire, cette familiarisation avec l’écriture devait permettre de s’ouvrir à d’autres horizons intellectuels que ceux auxquels la thèse nous restreignait.

La blogo-scripture

En début de thèse, on ne maîtrise pas toujours très bien les codes de l’écriture académique. D’ailleurs, on ne maîtrise pas grand-chose tout court. Il faut reconnaître qu’on ne participe pas immédiatement à un grand nombre de colloques et qu’on ne publie des articles que très sporadiquement. Tant qu’à faire, Quentin et moi nous sommes dits que tenir un carnet constituerait une solution intéressante et à moindre frais face à un sentiment que nous partagions : réduire la crainte de la page blanche en produisant un texte écrit pour ParenThèses. Rédiger régulièrement des billets est donc devenu un moyen de conjurer la peur de la page blanche en même temps que cette rédaction constituait un exercice de structurations des idées qui pouvaient être les nôtres au sujet de nos thématiques de recherche.

Unimpressed

Au moment de commencer la rédaction de ma propre thèse, j’ai pu clairement mesurer que les mots venaient assez rapidement. Sans doute Peut-être ai-je été un peu trop influencé par la pratique du blogging, mais cela m’a permis de ne pas m’interroger outre mesure sur la manière de penser mon écriture. Étant donné qu’il me fallait produire un manuscrit de thèse en un temps très très très très réduit tout en postulant à un mandat post-doctoral, il est évident que mon manuscrit de thèse est impacté porte les stigmates d’un ethos de carnetier.

Je préciserais encore qu’il y avait un travail d’aller-retour entre Quentin et moi avant la publication d’un billet. Il relisait les miens et vice-versa de sorte à éliminer certains problèmes formels (signalement de coquilles, etc.) ou à proposer certains enrichissements (suggérer un GIF, un article pour compléter la réflexion, etc.).

Une blogo-flânerie

Comme je l’ai souligné plus haut, ParenThèses était, au sens strict, une parenthèse, c’est-à-dire un lieu de liberté formelle et intellectuelle au sein d’un monde largement imprégné de pratiques normatives. Il n’était pas question de se cantonner à la seule histoire de la grâce au 15e siècle (Quentin) ou à l’élaboration de la législation durant le 16e siècle (moi-même). L’hyper-spécialisation qui innerve le champ scientifique n’autorise que très difficilement à sortir d’une zone de confort qui se limiterait au sujet précis que l’on traite dans le cadre d’une thèse de doctorat ou d’un post-doc. Le blog permet toutefois de franchir un cap : celui de s’ouvrir à d’autres thématiques que l’on ne prendrait pas la peine d’aborder dans le cadre d’une publication scientifique canonique. Sur ParenThèses, Quentin et moi-même avons pu publier des billets sur l’humour dans le monde académique, sur l’écriture académique, sur la mise en images de la justice (médiévale ou contemporaine) au cinéma, sur les rapports entre gouvernés et gouvernants dans la série The Wire, etc. On a également pris le plis d’interviewer d’autres collègues doctorant(e)s ou plus aguerris afin de pouvoir offrir une sorte de caisse de résonance à d’autres recherches en cours.

Par le biais de ce type de billets s’offrait l’opportunité de produire – je reprends les mots d’Ingrid Mayeur – un « méta-discours sur l’écriture scientifique » ainsi que sur le vécu quotidien du chercheur. Vu que traiter de pareilles thématiques revient à montrer ce qui pouvait nous occuper – Quentin et moi-même – dans des situations hors-recherche, déliées de tout renvoi explicite à nos sujets de thèse, cet ensemble de billets a priori disparates dévoile au grand jour que les doctorants que nous étions étaient – et sont toujours d’ailleurs – des êtres humains avec d’autres passions et intérêts que le sujet de leur thèse. On y expose, en quelque sorte, une personnalité à son blog défendant.

3. La blogo-attitude

La blogo-langue

Un billet n’est pas systématiquement un développement en profondeur d’un sujet. Il faut tenir compte de l’hétérogénéité du lectorat : on doit être spécifique pour ceux qui connaîtront déjà quelques éléments, mais on ne doit pas l’être de trop pour les éventuels néophytes.

Dans les billets publiés sur ParenThèses, j’avais ainsi tendance à privilégier un langage très libre quant au choix des mots, mais finalement assez codifié dans sa forme qui se traduisait par le recours à des notes infrapaginales, par exemple. Depuis le lancement de LegalHist à la fin de l’année 2018, la pratique du blogging qui a pu être la mienne a sensiblement changé pour des raisons qui tiennent à la fois de la contingence matérielle et d’une re-fondation du contenu proposé. ParenThèses était un blog à quatre mains, en tandem avec Quentin. Nous étions tous les deux en thèse au même moment et situés dans des bureaux proches l’un de l’autre. Nous pouvions donc discuter rapidement et librement de l’agenda des publications et le rythme des publications était soutenu puisque nous étions au moins deux contributeurs.

 L’obligation qui a été la mienne de trouver un contrat post-doctoral m’a quelque peu éloigné des préoccupations liées au carnet. J’ai dû mettre ParenThèses entre… Fin, vous voyez ce que je veux dire. Quant à Quentin, il a connu la même situation à quelques mois d’intervalles et se trouve actuellement à Harvard pour un an. En lançant LegalHist, je ne pouvais espérer produire la même chose que sur ParenThèses ni même suivre un rythme de publication identique. Ainsi, à la contingence matérielle décrite ci-dessus s’y est jointe la volonté de repenser les logiques de production d’un billet. Si j’étais amené, quoi qu’il arrive, à produire moins, autant s’assurer que le produit fini soit d’une bonne qualité. Actuellement je privilégie un texte suivi, fluide, agrémenté d’illustrations en lien direct avec le sujet traité mais sans apparat critique, tout en proposant, en fin de billet des orientations bibliographiques aux lecteurs/-trices.

Pour l’instant, je n’ai publié que deux billets sur LegalHist – ok, sans compter celui que vous êtes en train de lire –, mais ils ont tous les deux eu les honneurs de la page d’accueil d’Hypothèses et de l’hyposlide. Ceci témoigne également d’un élément important d’Hypothèses, sans doute un peu banal mais soit, qui est de dire que n’importe qui peut se retrouver en page d’accueil et sur l’hyposlide : ce n’est pas votre renommée internationale, l’impact factor de la revue où vous avez publié votre dernier article ou le nombre de vos publications peer-reviewées qui importent en premier lieu. Si l’on respecte un tant soit peu les codes établis par le Conseil scientifique, par la communauté scientifique et que l’on fait preuve d’honnêteté intellectuelle, tout le monde peut voir son contenu valorisé. La controverse autour du carnet de Jacques Sapir témoigne également que tout n’est pas permis dès l’instant où l’on a un carnet sur Hypothèses. Pour comprendre les enjeux de cette affaire, je me permets de renvoyer aux propos d’Olivier Ertzscheid.

Toi, découvrant ton billet en Une sur la page d’accueil d’Hypothèses

ParenThèses a aussi été le lieu de digressions. Cette situation était clairement présentée dans l’énonciation éditoriale du carnet vu que nous avions choisi d’insérer une catégorie intitulée « Hors champ » au sein du carnet. Celle-ci devait nous permettre d’aborder ces thématiques hors-recherche et, comme Quentin et moi-même aimons le cinéma et les séries, le titre de catégorie s’est imposé de lui-même.

Dans un mouvement complémentaire, Quentin et moi-même avons toujours été attentifs à insérer des références qui n’ont normalement pas leur place dans un discours prêt-à-être-peer-reviewé. À titre personnel, je relèverais que cette pratique a pu conduire à une certaine porosité dans les styles de langage que je peux employer. On m’a récemment rappelé à l’ordre pour avoir utilisé, dans une publication, un vocabulaire jugé – je cite – « à la mode ». J’ai été ici rattrapé par ma pratique du blogging et confronté à la vision des formats standards de publications scientifiques.

Méta-blogo-langage

À mon sens, il faut pouvoir tirer parti de toutes les opportunités de métalangages lorsqu’on envisage la rédaction d’un billet. C’était clairement un postulat de départ avec Quentin quand on a lancé ParenThèses : on n’allait pas se contenter d’écrire des textes. On voulait aussi inclure des références à la culture populaire, renvoyer à des références cinématographiques (La classe américaine restant sans doute la référence la plus fréquemment mobilisée) ou littéraires via des hyperliens (une vidéo Youtube), insérer des GIF. La digression – insertion de références à la culture populaire, par exemple – se double d’un ajout vers quelque chose qui est un supplément au texte du billet et qui n’a généralement aucun lien direct avec la thématique du billet. Comme l’a souligné Ingrid Mayeur, une telle digression vers un extrait vidéo sur Youtube, par exemple, peut être qualifiée de « polyphonique car il lui faut à la fois l’action du scripteur et celle de l’écrilecteur pour advenir ».

Cela peut paraître anodin voire complètement inutile, mais ce recours au métalangage implique de la digression et, partant, de la connivence entre nous (les auteurs de billets) et les lecteurs/-trices éventuel(le)s de nos billets. Cela permet aussi de laisser éclater le refoulé et l’auto-contrôle des pulsions qui sont de mises quand on envisage de publier un article dans une revue spécialisée de sa discipline. En un sens, cette prégnance du métalangage va de pair avec la volonté qui était la nôtre, à savoir se délier des chaînes et des schèmes de l’écriture scientifique canonique.

Des blogo-billets aux blogo-twittos

Quand ParenThèses a été lancé, Quentin et moi n’étions pas sur Twitter. Nous avions et avons toujours un compte Facebook, mais Twitter, c’était un peu terra incognita. Et puis des collègues nous ont dit qu’un certain Emilien Ruiz avait partagé un de nos billets. Tu sais, il tient le carnet « Devenir historien(ne) ». Notre réponse était un peu du style : Emilien Ruiz ? Connais pas. Jamais entendu parler. Le carnet Devenir historien(ne) ? Il a aussi un compte Twitter ? Kézako comme bidules ?

Voilà à peu près ce qu’était notre niveau de connaissance alors que ledit Emilien et sondit carnet étaient et sont toujours parmi les plus importants du Twitter académique et d’Hypothèses.

Nous nous sommes inscrits sur Twitter en janvier 2015 (@nsmodernhist et @QVerreycken) – il y a donc trois ans tout juste – afin de pouvoir valoriser les billets que nous écrivions et de rencontrer online d’autres collègues (serial) bloguers. Cet univers totalement neuf qui s’est ouvert à nous a permis de justement entrer en contact avec Émilien Ruiz et de publier sur Devenir historien(ne) à l’une ou l’autre reprise. Outre cette collaboration en ligne, j’ai pu inviter Émilien dans le cadre d’une journée d’étude que je co-organisais à Bruxelles traitant des Digital Humanities et où Pierre Mounier avait également pris la parole. Sans cette pratique commune du blogging, ces collaborations, rencontres et échanges n’auraient tout bonnement pas être possibles. Signe que la tenue d’un carnet et une présence en ligne sont, à l’heure actuelle, réellement et pleinement complémentaires.

No blogo-end

D’une simple idée – ouvrir un carnet de recherches pour se trouver une occupation tierce aux routines quotidiennes de la recherche – le blogging scientifique en est venu à occuper une part importante de mon temps. Le tout n’est toutefois pas d’y aller la fleur au fusil, sans idée précise de ce que l’on souhaite publier ni sans déterminer la manière dont les publications vont s’articuler les unes aux autres. Pour reprendre les mots que me disait Quentin il y a quelques jours : le lancement d’un carnet est quelque chose qui doit, à un moment donné, s’envisager comme un projet (non, je ne vous ferai pas l’affront d’un lien vers la séquence christique d’EM). Blogguer permet d’écrire des choses cohérentes sur un ton plus léger, de rencontrer IRL ou de networker online avec des collègues, mais il s’agit quand même d’une activité à prendre au sérieux.

Écrire pour le plus grand nombre, donner en partage ses doutes et ses quelques idées, voilà pourquoi blogguer est important. Pour paraphraser André Gunthert, je dirais que la recherche qui se donne à voir dans un blog est plus proche de la réalité du travail que l’on mène, des doutes qui nous habitent, des erreurs que l’on a pu commettre. Mais le blog, écrit Gunthert, « a ajouté la joie du partage, qui comble mon appétit de pédagogue. Pas de regret ? Oh si ! Un seul : celui de ne pas avoir disposé de cet outil depuis vingt ans ».

À l’inverse d’André Gunthert, j’ai toujours évolué dans un environnement où les carnets de recherche existaient. C’est sans doute pour cette raison que la pratique du blogging scientifique n’est pas une activité anodine pour le chercheur en histoire du droit et des institutions que j’essaie d’être au quotidien. Je n’envisage pas ma recherche sans l’adosser à un carnet de recherches. Si le blogging scientifique est peut-être destiné à rester une « forme mineure de communication scientifique », il faut au moins éviter qu’il continue à être perçu comme la forme marginale d’une pratique de recherche.

Envie d’un inventaire à la Prévert sur le blogging scientifique et le rapport au sensible, cliquez ici pour un petit florilège de ce qui s’est dit le 8 janvier.

N.B. : Quentin et moi-même avions déjà eu l’occasion de revenir sur notre vision du blogging scientifique lors d’un colloque organisé à l’EHESS. Les interventions du panel auquel nous avions participé sont accessibles sur Canal-U.

Et comme les normes qu’on s’impose sont faites pour être transgressées, on ne retrouvera pas d’orientations bibliographiques… Pour une fois, cliquez sur les liens et profitez des GIF.

Cite this article as: Nicolas Simon, "Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ?," in LegalHist, 11/01/2019, https://legalhist.hypotheses.org/665.

Une réflexion sur « Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.