Academic Diary – Introduction

25 mars 2020

Pour une petite partie du monde, le printemps représente une période de transhumance. Muni·e·s d’une valise à roulettes et d’un sac à dos contenant ordinateur, clé usb, disque dur externe, souris sans fil, chargeurs de téléphone et d’ordinateur, pointeur à distance et quelques lectures (comptez au moins deux livres), les chercheurs et chercheuses du monde entier entament la longue période des colloques et conférences.

En cette période printanière, la volonté de voyager afin de rencontrer de visu leurs collègues-et-néanmoins-amis le dispute à l’envie de restreindre leur empreinte carbone pour mieux rester chez eux afin de renforcer leur impact factor. De mars à juillet, le monde académique bourgeonne comme à nulle autre période de l’année. Cette longue transhumance va toutefois de pair avec certaines tâches obligatoires. Les têtes plus si blondes que ça ont besoin de leur nourriture intellectuelle hebdomadaire. Les multiples groupes de travail, commissions scientifiques, commissions de programme et conseils en tout genre rythment également la vie des chercheurs et chercheuses.

Ça, c’était avant. C’était quand on pouvait encore se permettre de terminer son power point deux minutes avant de le présenter. C’était quand il était encore possible de diviser en sous-groupes de travail une commission d’évaluation de la qualité de l’enseignement d’une université. Il semblait que le temps et l’espace pouvaient être maîtrisés.

En date du 26 mars, on ne compte plus tous les colloques annulés et/ou postposés et les académiques traversés par la sueur froide de devoir donner cours en ligne. Sur l’échelle de Richter de la disruption académique, le covid-19 fait péter tous les scores !

Tout le monde est concerné par cette situation de confinement, expérience que très peu d’entre nous en Europe occidentale ont eu à vivre. Chacun·e d’entre nous est, à des degrés divers, touchés par les mesures de confinement décrétées par les gouvernements européens. Il y a quinze jours, j’étais encore à Madrid à préparer un cours pour des étudiant·e·s madrilènes et une communication à l’European Social Science History Conference alors qu’aujourd’hui j’écris ses lignes depuis Bruxelles et dans ma chambre en attendant que mon épouse ait terminé sa conf call dans le salon-salle à manger.

Le but des billets à venir n’est pas tant de proposer une journal de confinement comme il en existe déjà tant. Ce seront davantage des réflexions, nécessairement à chaud et subjectives, de ce qu’implique d’être confiné quand on travaille dans le monde académique. Le titre anglais de cette série de billets à venir s’inspire directement d’un ouvrage paru en 2016. Publié sous le titre Academic Diary : Or Why Higher Education Still Matters, cet ouvrage du sociologue anglais Les Back propose quelques réflexions, au fil de l’eau, sur les coutumes, les travers et les évolutions du monde académique contemporain.

Ce qui va suivre ne constitue vraiment rien d’autre qu’un exutoire à la morne ambiance qui s’est installé en ce début de printemps. Le monde académique est aussi traversé par des changements ou adaptations soudaines qui ne concernent pas uniquement, loin s’en faut, les chercheurs et chercheuses.

Prenez soin de vous & wash your hands !

Confinement vôtre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.