Academic Diary – Enseignement à distance

17 avril 2020

Ce génie de nos temps modernes qu’est Elton John a écrit, sans le savoir, l’hymne du confinement : I’m still standing (1983). Alors que le chanteur se trouve en costume trois pièces sur la plage, il entame ce refrain : Don’t you know I’m still standing better than I ever did / Looking like a true survivor, feeling like a little kid / I’m still standing after all this time / Picking up the pieces of my life without you on my mind. À peu de chose près c’est peut-être ce sentiment-là que ressentiront les millions d’étudiant·e·s du supérieur à travers le monde quand on leur apprendra que les cours peuvent reprendre en présentiel et qu’ils ne doivent plus suivre leurs cours via Teams ou Zoom ou faire les Jitsy kings devant leur ordinateur (pour celles et ceux qui en possèdent un). Cette pandémie a, en effet, le mérite de mettre en évidence que toutes les universités ne sont pas égales devant l’enseignement en ligne. Les disparités sont même gigantesques d’un pays de l’Union européenne à l’autre.

Du jour au lendemain, les universités belges ont décidé de basculer vers un enseignement distanciel afin d’assurer un minimum de continuité pédagogique. Le changement fut pour le moins brutal pour tout le monde, tant du côté des professeurs confessant parfois le retard technologique qu’ils avaient à rattraper – on ne citera personne ici – que les étudiant·e·s qui se voyaient contraint·e·s de rester braqué·e·s devant l’écran de leur ordinateur pour écouter leurs cours. À ce jeu-là, tout le monde n’est pas égal. On peut clairement tabler sur le fait qu’un·e professeur·e dispose d’un lieu à soi/elle (bureau) pour dispenser, au calme, la matière des cours. La situation n’est guère toujours identique pour les étudiant·e·s. Le 27 mars dernier le New York Times publiait ainsi un article intitulé « White Collar Quarantine »  dans lequel transparaissait le caractère profondément inégalitaire de l’enseignement à distance. Si certains étudiant·e·s peuvent ainsi disposer d’un ou de plusieurs espaces chez eux (chambre, bureau), certains en sont réduits à devoir aider l’entreprise familiale en péril à cause de la pandémie comme cette étudiante tâchant tant bien que mal d’étudier tout en aidant ses parents à faire tourner le food truck familial. Dorénavant, chaque visioconférence est une fenêtre (d’ordinateur) ouverte sur les disparités qui traversent une même classe, un même auditoire.

Au cours de la dernière décennie, l’enseignement universitaire en ligne a connu une montée en puissance radicale. Une plateforme comme edX fondée par Harvard et le MIT regroupe plusieurs milliers de cours des plus prestigieuses universités dans le monde et tout ça pour la modique somme de… zéro euro[1]. La plateforme est, à certains égards, formidables. Vous pouvez tout aussi bien suivre un cours d’introduction à l’histoire du livre au 18e siècle avec Robert Darnton (Harvard) qu’acquérir les rudiments en matière d’intelligence artificielle avec les têtes pensantes d’IBM. La plateforme promouvait même le 14 avril dernier 30 cours à destinations d’élèves du secondaires afin d’atténuer le décrochage scolaire qu’implique le confinement. L’initiative est fantastique et heureusement qu’elle existe. Pour autant, il est aussi certain que l’expérience virtuelle d’un tel enseignement ne peut s’assimiler à celui en présentiel.

L’enseignement en ligne est également une affaire de gros sous. La première université au monde en termes d’enseignement en ligne est américaine, la Liberty University. Établissement fondé et dirigé par la famille Falwell depuis presque 40 ans, Liberty University mêle enseignement et pastorale évangéliste tout en possédant un trésor de guerre évalué à plus de 2 milliards $ ! Liberty University est un business des plus troubles avant d’être un institution dévouée à l’enseignement. De plus en plus, on doit aussi constater que le penchant des autorités académiques pour les MOOC (Massive Online Open Courses) s’intensifient. Certaines universités, comme celle de Durham, semblent déjà tirer les conséquences de la pandémie. L’U. de Durham a annoncé cette semaine qu’elle réduirait drastiquement son offre d’enseignement présentiel afin de développer son offre de cours en ligne. L’un des arguments des autorités de l’université anglaise consiste à pointer le retard de Durham dans ce secteur par rapport à ces « compétiteurs ». Durham entend frapper un grand coup en diminuant de 25% (!!!) des enseignements « on campus » tout en développant une offre de minimum 500 cours en ligne d’ici à l’été 2021. Depuis cette annonce, l’indignation fut telle que l’Université de Durham a décidé de faire marche arrière. Les universités belges sont  quant à elles encore loin d’envisager des plans pareils. Du moins pour l’instant. Le basculement vers l’enseignement en ligne est toutefois au coeur des préoccupations comme en témoigne du reste le fait que l’UCLouvain ait octroyé à Anant Agarwal, fondateur et CEO d’edX, un Doctorat Honoris Causa en 2018. Il est fort à parier que les autorités académiques tâcheront de capitaliser sur les habitudes prises durant le confinement pour pousser toujours plus à la réalisation de MOOC.

Toutes les universités belges ont suspendu leurs cours jusqu’à la fin de l’année académique. Elles réfléchissent également aux modalités pratiques des examens de juin. Certaines ont déjà refusé les examens en présentiel alors que d’autres réfléchissent encore l’organisation d’un système mixte (présentiel et distanciel). Le discours général a toutefois directement été celui d’une garantie de la continuité des enseignements durant le confinement. Ce discours est lui-même rendu possible par les technologies de communication à disposition des enseignants. Ces technologies sont néanmoins souvent des dispositifs produits par des entreprises privées. Tel est le cas du produit de Microsoft, l’application Teams à laquelle plusieurs universités belges recourent. Les philosophes Thomas Berns et Tyler Reigeluth ont d’ailleurs attiré l’attention sur ce report massif de l’enseignement vers des plateformes détenues par des entreprises privées. Outre la question, disons politique, du recours à ces intermédiaires pointe en creux celle du risque d’une compétition future entre les institutions qui peuvent et celles qui ne peuvent pas se permettre de recourir à pareils outils. Les inégalités déjà bien présentes entre les étudiant·e·s d’une même institution se retrouvent dédoublées par celles qui structurent les relations entre les institutions elles-mêmes. Si tel est déjà le cas maintenant, la situation ne fera que s’amplifier à l’avenir.

La Belgique n’est toutefois pas un pays à plaindre. Si l’on compare avec un pays durement touché par le COVID-19 comme l’Espagne, les universités belges s’en sortent bien. En Espagne, les universités sont fermées depuis la mi-mars. Les cours sont tout bonnement suspendus. Certaines universités, comme l’Autonóma de Madrid, renvoient leurs étudiant·e·s vers les groupes MOODLE des cours et…la page de l’université sur la plateforme edX. Faute de moyens financiers suffisants, les établissements espagnols ne peuvent se permettre de basculer entièrement en distanciel. À titre de comparaison, l’UCLouvain a pu créer une session TEAMS pour les 3500 cours qui y sont donnés afin qu’ils puissent être donnés durant ce « break » forcé.

Dans ces conditions, on a vu fleurir des pétitions contre l’organisation d’examens à distance (ULille en France) ou d’autres visant à demander l’autorisation de recommencer son année d’étude l’année prochaine (Cambridge). Ces différentes initiatives témoignent de l’inquiétude des étudiant·e·s face à une situation qui les fragilisent sans doute davantage que le corps académique. Celui-ci est néanmoins affecté et notamment dans les activités de recherche qui doivent s’effectuer en laboratoire. C’est la raison pour laquelle la KULeuven a décidé de relancer de manière homéopathique certains de ses laboratoires.

Face à un public étudiant déjà fragmenté et parfois très fragilisé par les effets que produit le confinement, le recours à l’enseignement distanciel incarne moins une continuité pédagogique qu’une tentative de « limiter les effets de la rupture pédagogique que nous vivons ». En Belgique, il faut reconnaître que les universités s’en sortent bien compte tenu du contexte financier. Le coût annuel moyen par étudiant dans le supérieur universitaire s’élevait à 7804 € en 2018 (en baisse constante depuis 2012). En 20 ans (1986-2016), le nombre d’étudiant·e·s inscrit·e·s dans les universités a augmenté de 45 500 unités (+88%). Ces chiffres  sont fournis par l’ARES elle-même. Cette hausse du nombre des inscriptions ne s’est toutefois pas accompagné d’une augmentation des moyens allouées aux universités. Dans La Libre Belgique du 2 mars 2014, l’économiste Jean-Paul Lambert rappelait un élément essentiel :

À partir de 1996, le mode de financement des universités a été soumis à un nouveau régime dit « de l’enveloppe fermée ». Ce régime prévoit, pour l’ensemble des universités, une allocation globale, simplement indexée mais insensible à l’évolution du nombre global d’étudiants. La simple évolution démographique aboutit à devoir financer un nombre toujours croissant d’étudiants avec des moyens constants (en termes réels), générant mécaniquement une dégradation continue des taux – et donc des conditions – d’encadrement des étudiants (ainsi que des conditions de travail des enseignants).

Le public étudiant précarisé, celui qui ne dispose ni d’un ordinateur, ni d’un accès convenable à internet, celui qui doit travailler pour payer ses études ou tout simplement avoir le nécessaire pour s’acheter à manger et payer le loyer, ce public étudiant là est doublement victime. Victime d’un confinement dont la brutalité soudaine rappelle non seulement la précarité de certaines vies mais qui remet aussi en danger les éventuels rêves d’élévation personnelle que l’enseignement universitaire est supposé procurer.

Prenez soin de vous & wash your hands !

Confinement vôtre

[1] Les cours accessibles gratuitement ne donnent droit à aucune délivrance de diplôme. Il est toutefois possible d’obtenir la reconnaissance de crédits moyennant paiement d’un montant qui varie selon les cours et universités. Des programmes structurés (baccalauréat, master) existent également mais le « minerval » pour ce type de parcours est nettement plus élevé (ca. 1000 $).

Academic Diary – Mobilités immobilisées

3 avril 2020

Avec le confinement de la moitié de l’humanité, beaucoup d’entre nous ont le sentiment de tourner en rond, de devenir fou à devoir resté cloîtré dans des espaces plus ou moins exigus selon les situations. Cette quasi-immobilité forcée – en Belgique il est encore autorisé de se promener dehors pour « faire de l’exercice » (sic) – s’accommode mal avec les activités académiques. Comme je le mentionnais dans le premier billet, le printemps est souvent synonyme de transhumance. À cette période de l’année, tout le monde ou presque est victime de la colloquite, une maladie très répandue chez les chercheurs vous incitant à organiser/participer à plus de la moitié des colloques de l’année entre mars et juillet. Il m’a alors semblé que  prendre le temps d’aborder la question de la mobilité dans le billet de ce jour n’était pas une si mauvaise idée que ça. Pour rédiger cet article, je me suis grandement appuyé sur les recherches de Christophe Mincke et Bertrand Montulet au sujet de la mobilité et qu’ils ont synthétisé dans un ouvrage intitulé La société sans répit. La mobilité comme injonction (2019). À défaut d’avoir été en mesure de consulter l’ouvrage – #biblisolidaire a ses limites –, je me suis inspiré des présentations que Christophe Mincke a effectuées au cours de l’année passée.

Il faut reconnaître qu’il y a une certaine ironie à devoir rester immobile, enfermé chez soi, à cause d’un virus qui, quant à lui, a fichtrement bien intégré ce que signifiait être mobile. En outre, l’arrêt soudain de la plupart des activités humaines a produit une chute drastique du bruit sismique sur terre – très fortement observée à Bruxelles –, infléchissant, ô ironie, le mouvement même de celle-ci. Comme d’aucuns ne cessent de le rappeler, l’immobilité n’est pas une réalité pour tous. Une nouvelle fois, la pandémie covid-19 nous met sous les yeux que des inégalités existent et même qu’elles existaient bien avant 2020… Quoi qu’il en soit, il s’est rapidement opéré ce que Mincke et Montulet appellent un report modal. Comme les individus sont immobilisés, ce sont alors les objets qui se déplacent (livraisons) en même temps qu’on assiste à la mise en place généralisée de dispositifs palliant l’interdiction de déplacement (télétravail, cours en distanciel). En ce qui concerne les colloques et conférences, ils ont été soit annulés soit postposés à l’automne ou bien 2021. Des adaptations s’observent toutefois par le biais de webinaires où Zoom joue un rôle dorénavant essentiel mais de plus en plus contesté en raison des paramètres de sécurité de l’application (voir les articles par The Verge ici, ici et encore ici)

Plus largement, la mobilité est actuellement considérée comme un bien en soi en ce sens qu’« être mobile » est un comportement doté d’une valence positive. Pour l’exemple, j’ai candidaté à deux postes académiques au cours de cette année et chacun des deux spécifiait qu’il fallait un séjour significatif à l’étranger ou, à défaut, il convenait d’avoir passé un temps significatif dans une autre institution que celle où on avait effectué sa thèse. Dans un espace politique comme l’Union européenne où l’on s’est évertué à favoriser la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux, le rapport au monde sous-tendu par cet idéal mobilitaire revêt une importance essentielle.

Il serait cependant faux d’affirmer que le 21e siècle est celui de la mobilité. Minck et Montulet précisent bien que l’avènement du train, de la voiture et de l’avion au cours du 19e siècle et le premier tiers du 21e siècle a radicalement modifié notre rapport au temps et à l’espace. Le véritable changement, opéré au cours du 20e siècle, porte davantage sur la signification de l’expression être mobile. C’est essentiellement de cette modulation-là dont pâtissent les jeunes chercheurs·euses à la recherche d’un peu de stabilité dans leurs vies professionnelle et personnelle.

L’acception de l’expression être mobile ne se réduit toutefois pas au simple spectre du mouvement physique des corps. Ce serait trop facile. Être mobile signifie également que se produit une reconfiguration de l’articulation entre espace et temps. Pour Mincke et Montulet, cet aspect constitue un élément essentiel de la question : la mobilité s’intègre également dans une dynamique temporelle. Je pense qu’ils ont vu juste. Parce que non seulement on vous demande, en tant que jeune chercheur·euse, de partir à l’étranger pour prouver votre valeur – partez, partez même si les meilleurs spécialistes de votre discipline sont dans votre pays d’origine ! – mais il faut encore prouver que vous pouvez diriger des projets et que vous êtes capable de sans cesse vous former et vous adapter. C’est la doxa managériale : être constamment en train de s’adapter pour rester « à la page » car on ne sait pas ce qui peut arriver, quelle nouvelle technologie ou tendance surgira dans 6 mois, un an, etc. et vous rendra obsolète sur le marché de l’emploi. La philosophe française Barbara Stiegler aborde d’ailleurs cette même question dans son dernier ouvrage intitulé très justement «Il faut s’adapter». Sur un nouvel impératif politique (Gallimard, 2019). Ce que l’idéal mobilitaire a permis d’implanter de manière très précise dans l’esprit des jeunes chercheurs c’est qu’il n’existe plus de parcours nécessairement balisé : réaliser votre thèse dans une université ne vous lie pas à cette institution ad vitam aeternam. La thèse finie, le lien que vous entretenez avec votre université doit presque nécessairement se délier. Dorénavant les universités recrutent à l’international et l’on vous invite à penser pareil car l’avenir est supposément ouvert et libre. À vous de faire advenir le futur que vous souhaitez ! Mais si possible gardez quand même contact parce que sinon on vous le reprochera aussi. Dans un autre domaine, on a vu cet idéal être largement mobilisé par les Recteurs des universités lorsqu’il a fallu basculé vers un enseignement en distanciel à cause du confinement. La capacité du personnel à être « agile » – agilité et mobilité sont ici quasi synonymes – à un moment essentiel pour l’institution est reprise dans tous les mails envoyés par les autorités académiques. En fait, je viens de dépeindre le portrait-robot d’Otis dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre. Ouvert à la vie, à l’inconnue et toujours prêt à laisser tomber sa papyrasserie pour se lancer dans de nouveaux projets, que ce soit le parachèvement du temple de César ou la réalisation du sans-efforceur.

Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent :
« Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? »,
Eh bien je leur réponds très simplement,
je leur dis que c’est ce goût de l’amour,
Ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui
à entreprendre une construction mécanique,
Mais demain, qui sait, peut-être simplement
à me mettre au service de la communauté,
à faire le don, le don de soi…

Otis, c’est l’archétype du bonhomme qui vit son métier comme une passion pour laquelle il faut tout donner, tout accepter (ou abandonner) et qu’il conçoit comme un sacerdoce. Otis, c’est l’amour ! Oui, mais l’amour inconditionnel et sans répit.

Si l’on s’en tient à la recherche stricto sensu, l’idéal mobilitaire se traduit par la valorisation jusqu’à l’outrance d’une recherche par projet qui, presque à chaque fois, doit s’opérer de façon collective – il faut mobiliser son réseau – et au cours d’une temporalité définie ; on doit être agile et être capable de rebondir sur un autre projet une fois celui en cours mené à son terme. Comme le dit très bien Christophe Mincke, l’être mobilitaire « est un être bondisant [sur un projet] puis rebondissant [de projets en projets] » (cf. lien vers vidéo supra). Cette caractéristique du chercheur·euse mobile-agile – appelons ça le·la CMA, zéro tracas, zéro blabla – s’adosse à la mobilisation d’une rhétorique de la promesse. Dans toute candidature pour un mandat, un poste ou un projet vous devez promettre que vous tout ira bien, que vous organiserez X nombre de colloques, vous publierez X nombre de publications, etc. Et si vous avez déjà quelques résultats de recherche, c’est bien vu de les mettre. Adieu la gestion organique d’un projet, d’une idée. Adieu la sérendipité. Cet idéal conduisant à l’exacerbation d’un ethos proprement agonistique entre les (jeunes) chercheur·euse·s n’amène qu’à un conformisme des méthodes, des thématiques et des approches. Et ce n’est pas moi qui le dis, c’est Alain Supiot dans sa sortie de cours au Collège de France.

L’absurdité de l’idéal mobilitaire oblige encore à la production de signes validant ledit idéal. Il faut pouvoir se draper des oripeaux de la mobilité – ce quadri j’ai plein de colloques à l’étranger – même si cela n’a guère d’impact ou de signification profonde dans le cadre de nos recherches. On assiste alors à ce que Mincke appelle des phénomènes de mise en scène destinés à rendre visible son adhésion à l’injonction de mobilité. Ceci est tout particulièrement palpable en début de carrière académique (postdoc) et je suis à cet égard l’exemple-même de tout ce que je viens de mettre en avant ci-dessus.

Ch. Mincke rapporte encore que l’idéal « mobilitaire » tant vanté dans le monde académique est principalement à mettre à l’honneur d’individus qui n’ont pas eu à adopter cette posture. Ceux-ci ne réalisent pas – ou alors très imparfaitement – les implications pratiques de même que les chamboulements professionnels et privés que ces situations entraînent. À l’âge d’être nommé temps plein, un·e académique a sans doute aujourd’hui plus de mobilité à son actif que son/sa collègue plus vieux/vieille de 15 ans. Les contextes sont différents, c’est évident. Mais cela autorise-t-il à faire fi de toute réflexivité par rapport aux prescriptions qui sont émises et aux implications pratiques de celles-ci ?

C’est bien beau de critique et de dresser un constat. Mais avec ça on fait quoi ? Est-ce que ce temps de mobilités immobilisées ne serait-il pas propice pour (re-)penser un peu tout ceci ? Selon Mincke, il faut réfléchir collectivement aux choix qu’on pose. Très bien. Mais en attendant il y a peut-être aussi des gestes personnels à poser. Notamment dans le chef des personnes siégeant dans des comités de sélection ou commissions scientifiques. Êtes-vous prêts à valoriser la personne ultra-mobile au détriment d’une autre tout aussi compétente mais qui n’a pas le sacro-saint Graal « postdoc à l’étranger » ? Êtes-vous prêts à systématiquement indiquer dans une offre d’emploi Le/la candidat/-e devra justifier une expérience à l’étranger ou, à défaut une période significative dans une autre université que celle où il/elle a réalisé sa thèse ? Êtes-vous prêt à donner du crédit à cette idée que la mobilité est une finalité en soi et non plus un moyen pour progresser dans sa recherche ?

 

Prenez soin de vous & wash your hands.

Confinement vôtre !

ps : si vous en voulez encore, mon épouse a aussi écrit sur la question de mobilité relative à ma propre situation de postdoc expatrié sous le soleil madrilène.

 

Mise à jour du 23 avril 2020 : La Revue nouvelle a publié sa dernière livraison en libre accès. Dans ce numéro, on retrouvera un article substantiel de Christophe Mincke sur ces questions de mobilités et dans lequel est résumé un certain nombre des points abordés dans La société sans répit. La mobilité comme injonction. L’article, intitulé « Covid-19, la société malade de la mobilité », est consultable gratuitement.

Academic Diary – Faire sauter les barrières

2 avril 2020

Un virus, c’est comme la recherche scientifique : ça ne connaît pas de frontière. Que ce soit la littérature scientifique, les réunions et les séjours à l’étranger, la recherche scientifique n’a a priori que faire des frontières étatiques. Dans un monde idéal, toutes les publications nécessaires à la rédaction d’articles, ouvrages ou thèses seraient accessibles gratuitement pour celui ou celle qui en aurait besoin. Dans un monde parfait, il n’y aurait qu’à soumettre son manuscrit à un éditeur pour que celui-ci lance la procédure d’évaluation préalable à la parution sans qu’il ne vous demande de mettre 5000€ sur la table. Dans l’Éden académique, nous pourrions espérer que chaque membre d’une communauté universitaire ait entièrement accès à des plateformes du type JSTOR, MUSE ou CAIRN. Ou plutôt que ces plateformes ne soient pas nécessaires. Dans un monde utopique, nous possèderions tous un numéro ORCID et nous n’aurions pas peur de mettre en ligne sur des plateformes comme Zenodo, Huma-num & co. nos datasets ou les données collectées et produites au cours de nos recherche sous peine de se les faire voler par des collègues-néanmoins-concurrents-pour-un-poste-ou-un-financement.

En bref, dans un monde qui n’existe pas (encore) on agirait selon les idéaux d’une science ouverte où se conjugueraient les bienfaits de publications en open access et le dépôt en ligne des données de la recherche – celles ayant servies à la rédaction de la publication – et, pourquoi pas, articulés à des actions relevant de la science citoyenne (citizen science). Depuis au moins une décennie, le flux constant de l’open access ne cesse de brasser des courants toujours plus forts et puissants. Finies les quelques vaguelettes d’ouvrages ou d’articles labellisés « open » sur les sites d’éditeurs. Même si le chemin reste très long pour que les pratiques soient généralisées auprès d’éditeurs scientifiques principalement orientés par les marges bénéficiaires qu’ils pourraient faire, nombreux sont celles et ceux qui ont compris tout l’intérêt d’éviter au maximum les éditeurs refusant l’open access.

Avec le confinement, l’enjeu de l’open access des publications est devenu un trending topic dès que plusieurs éditeurs et plateformes ont fait sauter les barrières qui empêchent en temps normal l’accès à leurs publications. L’intérêt s’est immédiatement porté sur la mise à disposition des données relatives aux recherches sur le covid-19. On a toutefois observé des réticences de chercheurs parce qu’on aurait pu bafouer le processus habituel d’évaluation avant publication… ce qui n’est pas sans rappeler le billet sur le quick and dirty. Davantage que la question de l’open access des publications, c’est bien celle de l’open data qui est en jeu.

C’est que la pandémie met une nouvelle fois à jour la pertinence d’une approche ouverte de la recherche scientifique. Nos cerveaux largement formatés à évoluer dans un contexte de compétition (pour les postes, les financements, les publications) s’autocontraignent à réaliser que l’ouverture des publications et le partage des données n’impliquent pas nécessairement qu’il y ait piratage et plagiat de la recherche. Les moyens légaux pour protéger la mise en ligne des données et des publications existent d’ailleurs (cf. creative commons notamment).

La question de l’open access des publications a rapidement pris en importance au fur et mesure que le confinement devenait une réalité et que les universités basculaient vers un mode d’enseignement à distance. Le fait que de nombreuses plateformes, en collaboration avec les éditeurs, aient fait sauter les barrières en donnant un accès parfois total (téléchargement) à leur contenu a évidemment suscité un intérêt marqué auprès de tous les acteurs du monde académique. Que ce soient les chercheurs travaillant sur le covid-19 ou le simple historien que je suis, lorsqu’on vous annonce qu’une plateforme met en accès ouvert ses publications, c’est un peu comme si le père Noël débarquait par surprise avec sa hotte à cadeaux. L’intérêt de cette ouverture est aussi de pouvoir lutter activement contre la pandémie. Marin Dacos, figure incontournable de la science ouverte en Europe, a très bien résumé la situation dans un article dans le supplément M du Monde (27.03.2020) : « Autrement dit, pour lutter contre un virus, il faut confiner la population… mais surtout pas les données scientifiques ».

Les esprits chagrins se diront peut-être que les gens – comme moi – qui téléchargent tous les articles et livres mis à leur disposition ne sont que des profiteurs qui ne feront rien pour transformer cet essai – ouverture temporaire des accès – en une réalité concrète au-delà de la crise. Car la question principale est bien celle-ci, à savoir opérer un changement de modèle sur le long terme afin d’éviter de devoir débourser 200€ pour un livre de 150 pages ou 5000$ pour un article dans une revue à l’impact factor tonitruant. On rétorquera sans doute que les dépôts institutionnels sont déjà des instruments qu’il faut pouvoir mobiliser. À l’ULiège, par exemple, le dépôt ORBi a connu une hausse spectaculaire du nombre des téléchargements au cours du mois de mars dernier.

Enfin, on peut se plaindre de toutes ces annonces d’accès temporaires aux articles et ouvrages de grands éditeurs comme s’il s’agissait d’un jeu de surenchères. Une fois encore, il faut peut-être se rappeler que nous ne sommes pas égaux face au confinement. Combien de professeurs ont pu terminer un cours grâce aux ouvrages accessibles en ligne ? Combien de doctorant.e.s ont pu accéder à l’article ou l’ouvrage dont ils ont besoin pour terminer un chapitre de thèse ? Combien de postdocs en train de terminer la rédaction d’un dossier de candidature ont-ils pu le terminer grâce à ces initiatives ? Et puis vu le prix à l’achat de tous ces ouvrages, n’est-il pas normal que nombre de chercheurs se ruent sur les plateformes qui ont fait sauter leurs barrières ? On ne saura sans doute jamais le réel impact de cette ouverture des plateformes, mais il est loin d’être nul. Tant sur le plan pédagogique que sur celui de la recherche stricto sensu.

Comme le rappelle Bernard Rentier, ancien recteur de l’ULiège et avocat de l’open science, l’open data et l’open access pour les publications en lien avec le covid-19 sont essentiels étant donné l’urgence que constitue la lutte contre la pandémie. Il insiste toutefois pour dire qu’on aurait tort de se limiter aux données et publications liées aux covid-19. Rentier plaide depuis des années pour une refondation, à l’échelle de toutes les disciplines, du processus de publication en vue de travailler à l’avènement d’une approche non commerciale de celui-ci. On sait par ailleurs que la Coalition-S propose comme objectif principal de généraliser l’open access dès 2021.

Les idées sont là, les acteurs sont prêts, les chiffres de téléchargement peuvent être utilisés comme munitions. Il ne reste qu’aux universités, aux membres des comités de revues, aux éditeurs ainsi qu’aux chercheurs – dans leurs pratiques quotidiennes – de faire en sorte que le robinet de l’open access qui s’est ouvert et qui déverse ses publications un peu partout ne se referme plus…

Prenez soin de vous & wash your hands

Confinement vôtre !

PS : mention spéciale à JSTOR qui a fortement mis en avant qu’il y avait du contenu open access sur la plateforme. D’aucuns ont cru que tout le contenu de JSTOR avait été ouvert alors que la plateforme rappelait seulement qu’il existait du contenu OA mais en quantité infinitésimale à l’échelle générale de JSTOR…

Academic diary – Quick & Dirty

30 mars 2020

Le temps de la recherche est long. On ne met pas au point un vaccin en trois semaines, on ne rassemble pas un corpus d’archives en quelques jours et on n’interviewe pas une dizaine de témoins en une demi-journée. À cet égard l’ethos humboldtien de l’universitaire dédié·e entièrement à ses recherches et ses enseignements, isolé·e dans sa fameuse tour d’ivoire, s’assimile bien à la vision d’un temps long de la recherche ; une recherche désintéressée et déliée de tout enjeu politique et contrainte matérielle. Certain·e·s se désolent peut-être que cet ethos, assimilable à un véritable sacerdoce, n’est plus la norme. Il n’en reste pas moins vrai que le rythme de travail des chercheur·euse·s ne peut coïncider avec celui procurant un « return à haut rendement » sur du très court terme. La course à la production effrénée d’outputs de recherche (plus connus sous le nom de publications) conjuguée aux charges pédagogiques et administratives qui pèsent sur les épaules toujours plus frêles des membres du corps académique et/ou scientifique ainsi que du personnel administratif incitent toutefois à des adaptations pas toujours si marginales. L’arrivée du New Public Management dans les universités les a forcé d’opérer des accommodements pas toujours heureux entres nouvelles injonctions à la productivité et d’anciennes pratiques (lieux de création et d’enseignement de savoirs avec le plus haut niveau d’exigence intellectuelle). L’état des lieux dressé par l’Académie royale flamande de Belgique dans son rapport « Being a Professor in 2016. Reflections on a Profession in a Changing World » mettait déjà ces éléments en lumière.

Ainsi, la rapidité n’est pas ce qui caractérise a priori le travail de production scientifique. Entre le moment où l’idée d’article germe dans la tête d’un·e chercheur·euse et le moment où il/elle publie ledit article, il peut se passer des mois voire des années. S’il y a des raisons matérielles structurelles qui peuvent expliquer ces délais importants, il n’en reste pas moins que le passage au peer-reviewing (qu’il soit open ou en double blind) explique aussi en partie le temps long de la recherche. On ne peut demander à des collègues de valider en quelques jours un article que l’auteur·trice a mis plusieurs mois à penser et des semaines à rédiger.

Comme le confinement touche à peu près tout le monde, il va sans dire que chacun·e y va parfois de son petit commentaire sur les mesures à (ne pas) prendre. Le débat français sur la chloroquine a d’ores et déjà fourni de grands moments d’epicness. Faut-il, oui ou non, accorder du crédit aux recherches du Dr. Raoult autour de la chloroquine ? Vous aurez peut-être vu qu’Idriss Aberkane a publié le 23 mars dernier une vidéo intitulée « Pourquoi Raoult est un héros ». Durant 38 minutes, l’hyperdoctor attaque la « clique d’académicards » ayant réfuté toute légitimité à l’article débattu du docteur Raoult qui a pourtant « fait de son mieux pour présenter quelque chose ». Pour I. Aberkane, on est en temps de guerre. Cette situation exceptionnelle (« 1300 morts dans le monde par jour, ça vous fait 13 Bataclan par jour ») nécessite la transgression des méthodes canoniques de validation de résultats par la communauté scientifique internationale. Pour I. Aberkane, la situation actuelle appelle une réponse hors norme : « Le professeur Raoult, qu’est-ce qu’il a fait ? Il a fait de la science quick and dirty parce que c’est comme ça qu’on fait en temps de guerre, bande de débiles ». Légitimant ainsi le discours guerrier, I. Aberkane puise dans l’histoire récente d’autres exemples à l’instar de celui d’Erwin Rommel (haut gradé de la Wehrmacht d’Hitler) et auquel est assimilé le professeur Raoult (« On a la chance d’avoir Erwin Rommel dans notre camp… ») en raison de la promptitude avec laquelle il aurait mis à disposition une solution « prometteuse ».

À la limite du complotisme saupoudré de point Godwin, le quick and dirty d’I. Aberkane apparaît comme la solution à apporter dans une situation de détresse profonde où toutes les barrières auraient sauté, où les cadres cognitifs structurant habituellement nos décisions deviendraient inutiles. N’importe quel résultat prometteur se verrait accepté presque a priori; sa validation définitive – si l’on peut dire – serait ainsi remise à un temps ultérieure, celui de la sortie de crise. Difficile de dire si nous en sommes là avec le covid-19 même s’il est acquis que la pandémie et le confinement qui en résulte sont pour d’aucuns la première expérience de ce type à l’échelle d’une vie. Si rien n’est plus incommensurable que l’écart entre l’ethos humboldtien et le quick and dirty, la force de frappe communicationnelle d’I. Aberkane est toutefois de nature à disséminer l’idée que le monde scientifique est ankylosé dans des querelles de clochers pour de nombreux·euses citoyen·ne·s. Penser out of the box en temps de pandémie est une situation nouvelle pour bon nombre de chercheurs·euses habitué·e·s à un processus long et parfois fastidieux de publication. La recherche telle que conduite dans les universités européennes s’accommode très mal d’une approche quick and dirty. Et je serais tenté de dire: tant mieux que ça n’est pas la cas.

Peut-être qu’on doit se demander si l’incapacité de faire du quick and dirty en temps de crise ne résulte pas d’un sous-financement chronique des établissements d’enseignement supérieur au cours des vingt dernières années ? Le quick & dirty, ce n’est pas la panacée universelle. Je pense que tout le monde pourra en convenir. Toutefois, quels sont ceux qui, au sein du monde académique, peuvent se permettre de jongler entre recherches au long cours et mise en application de résultats jugés, au mieux, prometteurs ? Les obligations administratives, pédagogiques et scientifiques imposent, presque naturellement, la conformité tant abhorrée par I. Aberkane. La « liberté de chercher » – slogan du FNRS belge – n’est bien souvent qu’une liberté surveillée, ou plutôt contrainte et limitée par des carcans que tous les acteurs du milieu ou presque dénoncent, mais contre lesquels très peu osent s’ériger.

Prenez soin de vous & wash your hands.

Confinement vôtre

Academic Diary – Bienveillance

27 mars 2020

Bienveillance. Nom commun, féminin : motivation à respecter autrui et agir pour son bien

Dans le premier billet, j’ai écrit que le printemps, une fois venu, la faune académique, en transhumance se mue. C’est à moitié correct. En réalité, une bonne partie des chercheur·euse·s tâchent de répondre aux attendus et deadlines de campagnes de sélection – celle des MCF en France notamment – ou attendent nerveusement les résultats de candidatures pour lesquelles ils/elles ont envoyé leur C.V. plusieurs mois auparavant. Touchant principalement les jeunes chercheur·euse·s en quête de poste fixe ou, à défaut, d’un filet de survie de six mois, un an ou plus (pour les plus chanceux), ce phénomène ne va pas sans poser de nombreux problèmes. D’un point de vue matériel, cette période peut être la source d’une mobilité professionnelle obligeant à enchaîner des entretiens d’embauche en des lieux parfois très éloignés les uns des autres. Au niveau intellectuel, l’obligation de soumettre plusieurs dossiers de candidatures – surtout pour les postdocs – implique souvent l’impossibilité de se focaliser sur ses recherches stricto sensu. Enfin, cette période et tout ce qu’elle implique ne va pas sans avoir certains impacts personnels puisque la (non-)obtention d’un poste, temporaire ou permanent, va parfois de pair avec la nécessité d’opérer des choix extrêmement ardus, quelquefois déchirants. En outre, la quantité toujours plus importante de docteurs-sans-poste est de nature à exacerber une compétition entre des candidat·e·s qui se connaissent voire entretiennent des liens d’amitié. Dans certains cas, on serait même tenté de parler de coopétition – coopération et compétition – tant les candidat·e·s sont amenés à coopérer (échanges de bon procédés, infos de dernière minute, etc.) avec des individus qui candidatent pour les mêmes postes. Et en même temps n’a-t-on jamais été soi-même pris·e dans les filets contradictoires du « je la joue personnel » alors qu’on aurait pu miser sur le collectif et partager une information, un article, une recommandation ou une idée ?

Ce dernier cas n’est qu’un exemple parmi d’autres des relations interpersonnelles particulières qui règnent au sein du monde académique. De plus en plus, on semble assister à une libération de la parole de sorte que j’entends toujours plus de plaintes, de revendications ou d’accusations au sujet de comportements déplacés, qu’ils soient le fait d’académiques (professeurs) ou non ((post-)doctorants). L’une des situations les plus horribles auxquelles j’ai assisté étant une doctorante visée par son directeur de thèse au cours d’un colloque lorsque ladite doctorante – présidente de séance – rappelait gentiment à son DR qu’il avait presque épuisé son temps de parole. Et le DR de lui répliquer, avec un sourire carnassier : « Attention ! Vous n’avez pas encore soutenu… ». Glaçant.

Tout ça pour dire que la bienveillance au sein du monde académique gagnerait à être érigée en valeur cardinale.

Comme le soulignent Michael Hardt et Antonio Negri dans leur dernier livre, Assembly (2017), le travail est, au 21e siècle, résolument socialisé et pris dans les entrelacs de logiques coopératives. La production de biens, de services ou d’idées s’opère socialement et collectivement. Cependant, on constate que trop souvent les choix de telle ou telle université sont dictés par une logique propre à celle-ci. À des niveaux plus bas, combien de « coups bas » afin d’éliminer un « concurrent » ?  De façon contradictoire, on ne cesse pourtant de mettre en lumière l’importance d’un travail en commun, entre tous les membres d’une communauté universitaire, afin de prouver que l’institution n’est pas uniquement mue par des impératifs d’économies d’échelles pouvant mettre en péril les missions fondamentales de l’Université (enseignement, recherche, services à la communauté).

Il n’est pas anodin de rappeler que parler d’employés d’une université est une expression qui n’a guère beaucoup de sens. Que ce soient les informaticiens, le service du personnel, l’administration de la recherche, le corps professoral et scientifique ou les étudiants, cet ensemble d’individus est l’Université. En ce sens, le Recteur est aussi bien le collègue du doyen de la faculté de Lettres que d’un membre du service des bâtiments. Prendre la mesure de cette réalité peut nous aider à (re)placer la bienveillance au cœur de nos gestes quotidiens.

Depuis le début du confinement, on a aussi commencé à voir des gestes visant à partager des bibliothèques (voir #bibliothèquesolidaire sur Twitter), des accès aux plateformes de revues ou des « trucs et ficelles » permettant d’assurer la continuité pédagogique. Peut-être que le sentiment de vivre une expérience partagée engendre-t-elle une sorte d’impetus à la bienveillance avec des collègues, que ce soient ceux que l’on a déjà vus IRL ou non. Qui sait.

Certain.e.s trouveront peut-être qu’il est niais de croire que la bienveillance peut améliorer le monde académique. Et pourtant, la bienveillance considérée comme l’un des fondements matriciels de nos relations professionnels autoriserait l’avènement d’un environnement de travail où le pôle « compétition » n’aura peut-être pas disparu mais où l’on aura au moins appris à revitaliser des coopérations indispensables.

Prenez soin de vous & wash your hands !

Confinement vôtre.

Academic Diary – Introduction

25 mars 2020

Pour une petite partie du monde, le printemps représente une période de transhumance. Muni·e·s d’une valise à roulettes et d’un sac à dos contenant ordinateur, clé usb, disque dur externe, souris sans fil, chargeurs de téléphone et d’ordinateur, pointeur à distance et quelques lectures (comptez au moins deux livres), les chercheurs et chercheuses du monde entier entament la longue période des colloques et conférences.

En cette période printanière, la volonté de voyager afin de rencontrer de visu leurs collègues-et-néanmoins-amis le dispute à l’envie de restreindre leur empreinte carbone pour mieux rester chez eux afin de renforcer leur impact factor. De mars à juillet, le monde académique bourgeonne comme à nulle autre période de l’année. Cette longue transhumance va toutefois de pair avec certaines tâches obligatoires. Les têtes plus si blondes que ça ont besoin de leur nourriture intellectuelle hebdomadaire. Les multiples groupes de travail, commissions scientifiques, commissions de programme et conseils en tout genre rythment également la vie des chercheurs et chercheuses.

Ça, c’était avant. C’était quand on pouvait encore se permettre de terminer son power point deux minutes avant de le présenter. C’était quand il était encore possible de diviser en sous-groupes de travail une commission d’évaluation de la qualité de l’enseignement d’une université. Il semblait que le temps et l’espace pouvaient être maîtrisés.

En date du 26 mars, on ne compte plus tous les colloques annulés et/ou postposés et les académiques traversés par la sueur froide de devoir donner cours en ligne. Sur l’échelle de Richter de la disruption académique, le covid-19 fait péter tous les scores !

Tout le monde est concerné par cette situation de confinement, expérience que très peu d’entre nous en Europe occidentale ont eu à vivre. Chacun·e d’entre nous est, à des degrés divers, touchés par les mesures de confinement décrétées par les gouvernements européens. Il y a quinze jours, j’étais encore à Madrid à préparer un cours pour des étudiant·e·s madrilènes et une communication à l’European Social Science History Conference alors qu’aujourd’hui j’écris ses lignes depuis Bruxelles et dans ma chambre en attendant que mon épouse ait terminé sa conf call dans le salon-salle à manger.

Le but des billets à venir n’est pas tant de proposer une journal de confinement comme il en existe déjà tant. Ce seront davantage des réflexions, nécessairement à chaud et subjectives, de ce qu’implique d’être confiné quand on travaille dans le monde académique. Le titre anglais de cette série de billets à venir s’inspire directement d’un ouvrage paru en 2016. Publié sous le titre Academic Diary : Or Why Higher Education Still Matters, cet ouvrage du sociologue anglais Les Back propose quelques réflexions, au fil de l’eau, sur les coutumes, les travers et les évolutions du monde académique contemporain.

Ce qui va suivre ne constitue vraiment rien d’autre qu’un exutoire à la morne ambiance qui s’est installé en ce début de printemps. Le monde académique est aussi traversé par des changements ou adaptations soudaines qui ne concernent pas uniquement, loin s’en faut, les chercheurs et chercheuses.

Prenez soin de vous & wash your hands !

Confinement vôtre