Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ?

Avertissement : ce billet constitue une version remaniée et augmentée de mon intervention à la journée d’étude organisée le mardi 8 janvier 2019 à l’École nationale des chartes (Paris) à l’occasion des 10 ans de la plateforme Hypothèses.

« Ce qui est pénible quand on est connu, c’est le nombre
de gens qui ne vous connaissent pas » (André Gide)

Cette citation attribuée à André Gide peut, dans une certaine mesure, s’appliquer à Hypothèses. En 2019, il est parfois un peu pénible de constater qu’Hypothèses est la plus importante plateforme de blogging scientifique en termes de visites et d’observer, dans le même temps, que l’activité de carnetier/-ière est ignorée ou dénigrée par certain(e)s chercheurs/-euses. Il faut quand même reconnaître qu’en dix ans Hypothèses a très activement participé à faire bouger les lignes de démarcation entre pratiques canoniques de la recherche et comportements perçus comme étant à la marge. Hypothèses a pu produire – et continuera sans nul doute à le faire – une hybridation des pratiques dès lors qu’il est question d’écriture scientifique.

Dans les quelques lignes qui suivent, on retrouvera quelques réflexions liées à mon propre parcours de carnetier. Il me faut néanmoins être de bon compte et préciser immédiatement que cette aventure est surtout celle d’un duo. Mon expérience et le propos réflexif qui peut être le mien doit intégrer à la réflexion le fait qu’il s’agissait d’une idée que nous avons eux à deux, Quentin Verreycken et moi-même.

Continuer la lecture de « Homo blogus. Pourquoi et comment je bloggue ? »

Quelles sont les qualités d’une bonne loi ? Penser l’écriture de la loi dans l’Europe moderne (16e-18e s.)

Boulimie législative

Ne sommes-nous pas victime d’un trop plein de lois ? Ne doit-on pas admettre que nous ignorons largement les lois promulguées dans l’État où nous vivons ?  À cet égard, le cas français est symptomatique d’une critique loin d’être nouvelle dans le champ de la littérature juridique. Comme le résume Guy Carcassonne, le moindre sujet d’un 20 heures peut aujourd’hui faire l’objet d’une loi. Et le juriste François Ost de s’interroger : comment aimer ces lois au champ d’application guère déterminé, à la syntaxe approximative, au vocabulaire déficient, à l’effectivité relative et à la légitimité douteuse ? On légifèrerait trop et, par extension, mal. Le trop-plein de lois suggère des lois peu préparées, mal rédigées et donc mal appliquées car elles seraient source d’interprétations multiples et d’incompréhension partagée.

Continuer la lecture de « Quelles sont les qualités d’une bonne loi ? Penser l’écriture de la loi dans l’Europe moderne (16e-18e s.) »