Le sensible et le blogging. Un (petit) inventaire à la Prévert

Mélodie Faury (@infusoir) a tweeté durant la journée des 10 ans d’Hypothèses l’idée d’un inventaire à la Prévert de tout ce qu’elle/on aime sur Hypothèses. Un dictionnaire amoureux du blogging scientifique, si vous préférez.

À la suite de la journée des 10 ans – un billet reprenant mon intervention est consultable ici -, j’ai été frappé par le rapport au sensible tel qu’exprimé dans les différentes communications et/ou interventions sur Twitter. Alors voici donc un mini-billet en passant, propice à la flânerie et à la germination des associations d’idées entre blogging scientifique et rapport au sensible. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il apparaît de façon évidente que les intervenant(e)s ayant pris la parole à la journée des 10 ans d’Hypothèses ont mobilisé un registre langagier où le sensible est omniprésent.

Torill Mortensen cité par Marin Dacos : « Thinking with my fingers »

M. Dacos : « le carnet est un espace de conversation » et même une « conversation silencieuse » (fidélité de lecteurs qui ne s’expriment toutefois pas dans les commentaires)

Le carnet comme « bric-à-brac du chercheur » selon Marin Dacos et Pierre Mounier

Mélodie Faury : le carnet comme « lieu d’artisanat et de création »

Caroline Muller : « Hypothèses a été ma première maison de recherche quand j’avais tout à bâtir ». Titre de sa communication : « Ouvrir les portes et les fenêtres. Six ans d’Acquis de conscience »

Caroline Muller : « le carnet comme lieu où l’on observe le bruissement des préoccupations de la communauté scientifique »

Karim Hammou : « les brouillons [des billets] sont la salle d’attente des envies »

Marie-Anne Paveau : « Le carnet scientifique permet de se laisser rencontrer (par) les bruits du monde »

Anne Piponnier: « Faire de la recherche c’est “se déplacer”, il y a une “poétique du déplacement” dans la recherche, qui fait qu’on produit des nouvelles hypothèses de travail »

Ingrid Mayeur : « Une recherche en mouvement. Les gestes d’élaboration du savoir dans les carnets de recherche Hypothèses » (titre de sa communication)

Nicolas Simon (sur Twitter) : « La pulsion du carnet ! »

Laurent Beauguitte : il essaie de « montrer la cuisine de la recherche », mais son carnet donne parfois l’impression d’être « une poubelle à ciel ouvert »

Muriel Lefebvre : « Cette journée a finalement été consacrée au plaisir de l’écriture »

Crédit photographique : Photo by Bogomil Mihaylov on Unsplash

Cite this article as: Nicolas Simon, "Le sensible et le blogging. Un (petit) inventaire à la Prévert," in LegalHist, 11/01/2019, https://legalhist.hypotheses.org/744.